Une balade littéraire dans le Dakota du nord.

Le Dakota du nord est un État un peu hors norme. C'est là que que se situent la plupart des réserves indiennes. Des indiens en quête perpétuelle de leur identité. Louise Erdrich dans ces vies de tous les jours met en lumière la dualité et la difficulté d'être indien et américain. Dans chacun de ses personnages il y a une fêlure, une douleur sous-jacente, une blessure et tous sont en lutte contre un sentiment d'être d'ailleurs dans cette société américaine qui les tient en bordure dans ces réserves. Mais il y a aussi dans ces nouvelles une grande poésie et un univers toujours en marge. Qu'elle nous parle d'amour, d'amitié, de fraternité, Louise Erdrich montre en fait le point de rupture de ces existences, le moment fatidique où le sens de la vie bascule pour le meilleur ou le pire. Ce drôle de titre fait référence à une nouvelle dans laquelle justement une jeune femme quitte son état de nonne pour se consacrer à son besoin viscéral de jouer du piano. Et dans son jeu et son doigté c'est toute sa foi qui éclate. Dans ces nouvelles ce sont donc la passion, le désenchantement ou la prise de conscience dont elle nous parle. Cela pourrait se traduire par une certaine violence, or l'écriture de Louise Erdrich est toute en délicatesse, en élégance, imagée, poétique, presque sereine face aux remous de ces vies. Dans sa préface, Louise Erdrich explique la genèse de ces nouvelles. Certaines ont paru dans des revues littéraires ou des magazines mais la plupart étaient restées sous forme embryonnaire dans un cahier ou dans sa tête. Et elle les a terminées pour ce livre. Chaque histoire est donc pour nous lecteur un nouveau plaisir de savourer l'art subtile de l'écriture de Louise Erdrich.

►►► "Femme nue jouant Chopin", un recueil de nouvelles de Louise Erdric, au Livre de Poche

Le cinéma et la littérature font bon ménage en ce moment, comme avec les deux César reçus par le film d'animation "Ma vie de courgette"

Avant d'être ce très beau long métrage, c'est déjà un super roman de Gilles Paris "Autobiographie d'une courgette" que l'on trouve chez J'ai Lu.

Autre adaptation sortie cette semaine, "Patients" de de Grand Corps Malade et Medhi Idir, d'après le récit de Grand Corps Malade

Paru en 2012 le livre sort en même temps que le film en poche chez Points. Le slameur raconte l'accident qui le paralyse. Le diagnostic des médecins qui lui annoncent qu'il est tétraplégique. Son combat pour que son corps lui réponde à nouveau. Il n'y a aucun voyeurisme. Les moments difficiles ne sont pas occultés bien sûr mais ce qui le sauve c'est l'humour. Le sien et celui de tous ceux qui autour de lui à l'hôpital et au centre de rééducation souffrent et se battent. Un humour parfois potache mais qui rappelle que ce sont des ados pour la plupart. C'est touchant et plein d'une force de vie ébouriffante.

►►► "Patients", un livre de Grand Corps Malade, chez Points

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.