Une jeune femme moderne, le monde impitoyable de l'art contemporain : "Les Indociles" de Murielle Magellan est un roman ancré dans notre époque. Chez Pocket.

Olympe est de ces femmes qui ont réussi à 100 à l'heure. A 37 ans, elle est une galeriste incontournable, respectée et riche. Elle aime que rien ne lui résiste, elle prend ce dont elle a envie et s'en sépare très vite. C'est vrai, elle est le reflet de notre temps. Son atout principal : dire ce qu'elle pense, Olympe ne ment pas et manipule presque ouvertement les gens, il n'y a pas de faux-semblants.

Indocile, elle l'est en ne rentrant que dans les codes qu'elle fixe. Mais il fallait bien qu'un jour elle ait des comptes à rendre. Le destin va se charger de lui faire rencontrer ses reflets. Et là ce n'est plus pareil. Olympe a une faille, son enfance, dont il lui reste les blessures : d'une agression d'une part et de la séparation de sa mère de l'autre. Le confort matériel que son père lui a assuré n'a jamais fait illusion. La vie d'Olympe est une course : Paris, New-York, Madrid et Perpignan, où tout bascule. C'est là qu'elle rencontre Solal, peintre méconnu de 70 ans qui attend la gloire en méprisant le monde de l'art. Olympe l'a découvert grâce à sa nouvelle assistante, Khalia d'origine gitane en rupture avec sa famille. Et tout cela pour offrir à Paul l'occasion d'acheter une œuvre d'art dans ses moyens. Paul, si attachant... Mais il est marié, père de famille et heureux.

Murielle Magellan nous entraine dans le sillage d'Olympe avec une écriture serrée, vive, ça pulse et on aime ça. Chapitres courts, phrases cinglantes n'empêchent en rien de s'attacher aux personnages. Ce roman évoque l'art, la reconnaissance mais surtout l'amour car au final c'est quand même, au delà du pouvoir et de l'argent, ce qui mène le monde. Et Murielle Magellan a bien du talent pour nous en parler.

►►► Les Indociles de Murielle Magellan, chez Pocket

D'autres conseils de lecture

Continuons à parler d'art avec George Sand et sa vie à Paris que nous conte Claire Le Guillou. C'est, avec Le Paris de Céline, les nouveaux titres de la collection Le Paris des écrivains aux éditions Alexandrines.

Malgré son aversion, la bonne dame de Nohant a aussi habité la capitale. Mais c'est pour elle un crève-cœur, elle si proche de la nature, s'y sent étouffée, a l'étroit. Sans parler des inégalités sociales qui la mettent en colère. Elle y vivra pourtant l'essentielle de sa passion avec Chopin. Cette balade dans les lieux où George Sand a vécu et a côtoyé ses amis est un merveilleux moment de complicité avec elle. Claire Le Guillou nous fait partager ce quotidien avec une érudition pleine de grâce.

C'est bien le grand large mais ce n'est pas "La croisière s'amuse". L'Alaska, la pêche au crabes et aux flétans, l'humidité permanente, la peur, les blessures. L'aventure est douloureuse, Catherine Poulain l'a vécue et à travers son récit nous aussi. Dur et ébouriffant.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.