Un livre qui dresse le portrait de 3 femmes fortes, 3 femmes très éloignées et très différentes que le destin va mettre en écho.

En Inde, dans la province d'Uttar Pradesh, la vie de Smita est celle d'une intouchable. Elle vit avec son mari et sa petite fille de 6 ans, Lalita, dans une cahute au sol en terre battue. Smita est "extracteur" comme on dit pudiquement : elle nettoie à mains nues les latrines des castes supérieures dans cette province ou il n'y a toujours pas de toilettes. Son mari Nagarajan lui est chasseur de rats dans les champs. Seul privilège : il rapporte ses prises à sa famille. C'est leur seul plat de viande. Mais Smita se rebelle, elle refuse ce karma pour sa fille. Elle veut l'envoyer à l'école et elle va fuir, son mari et le village au péril de sa vie.

En Sicile, Giula, 20 ans, est prête à prendre la suite de son père à l'usine. Depuis trois générations, les Lanfredi récoltent des cheveux naturels pour en faire des perruques. Mais Pietro a un accident de vespa et Giulia découvre que la faillite les guette. La solution viendra peut-être de son amant, le beau et touchant Kamal, un sikh exilé en Sicile. 

A Montréal, Sarah, est une avocate prestigieuse. Sa carrière, menée de main de maitre l'a propulsée au poste d'associée chez Johnson et Lockwood. Divorcée deux fois, c'est un baby-sitter qui s'occupe des enfants, Sarah n'a pas le temps. Elle devrait être nommée Managing Partner. Sauf que le médecin lui découvre un cancer du sein. Sarah connait alors la discrimination et les trahisons de ses plus proche collaborateurs.  

Ces trois histoires ont un lien. Mais je ne vous dirai rien. Ce que Laetitia Colombani montre c'est les inégalités, les humiliations, la violence psychique et physique faites aux femmes en tous lieux et en tout milieu social. Pourtant il y a des Smita, Giulia ou Sarah qui se battent contre cette petite touche supplémentaire de violence venue du fond des temps, vis à vis des femmes. Ce combat c'est cela que Laetitia Colombani nous dit de ne pas oublier.

Autre recommandation : "Journal d'une apprentie geisha" de Kiyoshi chez Picquier Poche.

Ce n'est pas un roman. Cette jeune fille installée à Kyoto raconte le surprenant et volontaire chemin pour devenir geisha. C'est comme entrer dans un ordre, les règles sont strictes : quitter ses parents, prendre un nouveau nom, apprendre à s'habiller, à danser, à faire tout geste avec grâce et raffinement. Et puis satisfaire les clients. Elle reste vague sur ce que cela veut dire. C'est une existence qui tend à disparaître mais plusieurs milliers d'adolescentes s'engagent toujours dans cette tradition. Une lecture surprenante et qui laisse interrogatif.  

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.