Pierre Castan traque un tueur. Vivant dans sa voiture, il a défini un périmètre : 3 aires d'autoroutes parce que 3 fillettes enlevées. La dernière il y a quelques heures : Marie, disparue dans le rush des vacances, lancées sur l'asphalte d'un 15 août caniculaire. Un roman noir par Joseph Incardona, aux édtions Pocket.

Une aire d'autoroute, la nuit.
Une aire d'autoroute, la nuit. © Getty / pic4you

Il y a aussi Catherine, et Lucie, sa fille, qui sont portées disparues. Alors l'ancien médecin légiste ne lâchera pas, malgré le sordide de sa vie.

Les aires d'autoroutes, avec leur mal-bouffe et leur propreté douteuse sentent la bassesse. C'est cru. Ça sent le fric à tout prix, le mépris, le sexe tarifé et sa violence. Et puis la bêtise humaine, celle qui dessine des obscénités sur l'avis de recherche d'une enfant disparue.

Autour de Pierre, Lola, transgenre et prostituée. Tiasonara, ancienne pute qui sonde les âmes. Ingrid, sa femme qui a sombré dans l'alcool et le sexe, s'accrochant à ses coups de fils chaque soir. Et Julie, la capitaine de gendarmerie, plus subtile qu'elle ne paraît. 

Et puis là, au resto-route, la vengeance s'accomplira. Mais à quel prix ?

  • Derrière les panneaux il y a des hommes par Joseph Incardona, paru aux éditions Pocket.
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.