L'écrivain-voyageur italien Paolo Rumiz s'exile pendant trois semaines dans le phare d'une petite île perdue de la Méditerranée. Une promenade immobile, qui transporte le lecteur dans un univers nouveau. Les textes sont lus par le journaliste de France Inter Philippe Bertrand.

"Le phare, voyage immobile" de Paolo Rumiz, (Folio).
"Le phare, voyage immobile" de Paolo Rumiz, (Folio). © Getty / Daniela Garling

Perdue au milieu des vagues, l'île où s'installe Paolo Rumiz est une des dernières à abriter un phare habité. Dans sa nouvelle demeure, l'auteur côtoie alors deux gardiens de phare, intrigués par sa présence. 

Ce séjour est une invitation à renouer avec la nature environnante. Cette nature, que les vents imprévisibles et la "puissance des éléments" rendent dangereuse, est également en danger : les goélands n'ont plus de poisson pour se nourrir, à cause de la pêche intensive. Mais la nature qui entoure le phare sait aussi émerveiller, comme en témoigne la tempête d'étoiles filantes qui accompagne le départ du voyageur.

"Le phare, voyage immobile" est paru en 2015 chez Hoëbeke, et au format poche chez Folio en 2019.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.