C'est un roman d'amour paru au Livre de poche qui a eu un très grand succès.

Danser au bord de l'abîme
Danser au bord de l'abîme © Getty / Marco Bottigelli

L'abîme, Emma ne pourra pas l'éviter. Cette jeune femme d'une trentaine d'années, mariée, mère de trois enfants, est ce qu'on appelle une femme heureuse. Pourtant, depuis quelques temps, il y a un petit grain de sable dans la vie d'Emma. Quoi ? Elle ne le sait pas vraiment elle-même.

Un jour dans une brasserie, elle remarque un homme et sa vie bascule. C'est simple. Ça arrive sans doute tous les jours. Mais voilà ça arrive à Emma. En compte à rebours la jeune femme nous raconte le désir, l'approche, la honte, la culpabilité et pourtant l'envie folle et la décision de partir qui emporte tout son bonheur mais aussi celui de ses enfants, de sa famille et de ses amis.

Une passion qui a des conséquences violentes pour tout le monde. Emma le sait, elle est lucide, consciente. Mais c'est un feu qui la consume. Les rappels à l'ordre et l'appui de Sophie sa meilleure amie, l'incompréhension et la colère de sa mère et de son mari, le rejet de ses enfants, rien n'y fait, la digue cède. Emma quitte son foyer et son bonheur pour Alexandre, un journaliste d'une cinquantaine d'années, aussi bouleversé qu'elle par leur rencontre.

Emma a gardé ancrée en elle une histoire de son enfance : la chèvre de Monsieur Séguin. Et en nous racontant son histoire à elle, elle nous rappelle régulièrement celle tragique de Blanquette, la petite chèvre qui veut tant découvrir la montagne et respirer l'air vivifiant. Elle y trouve le loup et la mort. En nous racontant sa dérive, cette histoire la hante, comme Blanquette, Emma partira quand même pour un aller qu'elle veut sans retour...

Sauf que le destin d'Alexandre n'est pas de vivre entre ses bras. C'est un drame qui va dévaster Emma. Elle trouvera refuge dans un camping le long de la mer du Nord. Elle va s'enfouir dans sa peine mais son destin à elle, c'est de repartir vers son mari dans des circonstances à nouveau dramatiques.

Comme souvent les belles histoires d'amour, celle-ci est triste. Pourtant Gregoire Delacourt insuffle a Emma une puissance de vie incroyable. Elle est porté par des personnages bien charpentés, touchants eux aussi. C'est un roman sur l'universalité de la douleur, de la perte de l'être aimé, le déchirement du départ et la violence du retour. C'est un beau mélo et pleurer des fois ça fait du bien. 

  • Un personnage de roman de Philippe Besson (Ed. 10/18)

Pour changer d'atmosphère, une histoire qui finit bien pour le protagoniste. Ce n'est pas un roman malgré le titre. Le romancier a suivit la campagne d'Emmanuel Macron. Ce n'est pas, non plus, un livre politique. C'est la découverte d'un homme et d'un univers par un écrivain. C'est un ovni dans l'œuvre de Philippe Besson. Et après 1 an de présidence, c'est tout à fait éclairant. 

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.