Il nous entraîne dans le sillage du tueur en série G. Gordon Gregg, le "boucher de Chicago". Edité chez 10/18

Robert Bloch est mort en 94, il est l'auteur entre autres de Psychose. C'est dire son talent pour installer l'angoisse. Et ici elle est à son comble. A travers son personnage de Gordon Gregg, il raconte l'histoire à peine romancée du tueur Herman W. Mudgett connu sous le pseudonyme de H.H. Holmes. Et Robert Bloch nous plonge dans l'horreur avec tout le feutré du 19eme siècle.

En 1893 se tient à Chicago une Exposition universelle, un filon que Gregg ne va pas laisser passer. Cet homme qui dit être médecin fait construire une imposante maison, le Château, avec une pharmacie en rez-de-chaussée et au-dessus un hôtel pour des dizaines d'employés et de touristes venus pour l'exposition. Son renom il le tient d'une espèce d'élixir : de l'eau dans laquelle il aurait fait passer de l'électricité et qui donnerait de l'énergie. Tout va bien sauf pour les femmes qu'il croise. Celles qu'il séduit disparaissent très vite surtout si elles ont de l'argent.

C'est une jeune journaliste qui va faire éclater la vérité, Chrystal la fiancée d'un courtier en assurance. Apres la mort de Millie, la second épouse de Gordon dans un incendie, Jim vient vérifier que rien n'est suspect. Convaincu par la peine affichée par Gordon il lui donne le chèque de 10 mille dollars de l'assurance. Mais pour Chrystal Gordon malgré ses yeux enjôleurs et son charisme est inquiétant. Elle mène alors l'enquête, contre l'avis de Jim et avec celui réservé de son rédacteur en chef. Car Chrystal est l'une des premières journalistes femmes et elle ne veut pas s'occuper de la rubrique tricot. Après bien des vicissitudes Chrystal découvre dans le château, des chambres sans fenêtres, des escaliers dérobés, des trappes secrètes.

Si Chrystal et Jim sont des personnages de fictions, pas Gordon ni le château, ni les victimes et la façon dont elles vont mourir. C'est effrayant. H.H.Holmes a reconnu le meurtre de 27 hommes, femmes et enfants mais la police encore aujourd'hui estime le nombre de ses victimes a au moins 200. L'histoire sera en 2019 un film de Martin Scorcese avec Leonardo di Caprio. Sueurs froides assurées comme dans ce roman qu'on lit d'une traite. 

  • Autre conseil, "Nosaka aime les chats" de Akiyuki Nosaka, dans la collection Poche des éditions Philippe Picquier.

Ce sont des chroniques au jour le jour et tout ce que Nosaka a appris de ces chats : la philosophie de la vie, le rapport à la nourriture, la présence de l'autre, la prise de possession du foyer de l'humain. C'est aussi l'occasion pour Nosaka de faire revivre ces chats qui hantent toujours les lieux après les catastrophes comme des âmes en peine. Un livre entre sourire, sérénité et gravité.

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.