A l'origine de ces contes, les aventures de Azad Bakt, roi des rois de Grèce, élaborées au XIV ème siècle en langue persane.

Photo prise le 31 octobre 2017 montrant plusieurs derviches pendant la cérémonie de Mevlevi Sema ( rituel millénaire) au théâtre Hodjapasha à Istanbul (Turquie) le 29 Octobre 2017.
Photo prise le 31 octobre 2017 montrant plusieurs derviches pendant la cérémonie de Mevlevi Sema ( rituel millénaire) au théâtre Hodjapasha à Istanbul (Turquie) le 29 Octobre 2017. © Maxppp / ERDEM SAHIN/EFE/Newscom

Ces dernières sont attribuées au poète Amir Khorso et comme beaucoup de contes ont été remaniées au cours du temps. Elles ont été traduites en Ourdou. Puis en 1803, elles ont été transcrites par un érudit, Mir Amman, à Lucknow, en Inde, à l'époque de la fin de l'Empire Moghol. Mais de ce Mir Amman on ne sait rien. 

Finalement le livre arrive jusqu'à nous grâce à Garcin de Tarcy, qui les traduit et permet ainsi une première publication en français en 1878. La version ici est un peu modernisée et cela fait maintenant 45 ans qu'elle n'a pas été rééditée. Et c'était bien dommage. 

La tournure des phrases, l'emphase du style et la référence à Dieu en permanence sont au début déroutants. Mais très vite on se laisse bercer par le rythme du phrasé et le plaisir de la lecture s'installe. 

Brigands, jolies femmes et méchants profiteurs

L'histoire est celle de ce Roi des Rois qui se désespère de ne pas avoir d'héritier pour son trône. Son royaume est paradisiaque, la paix et la prospérité règnent mais il ne pourra pas transmettre cette félicité. Alors, le soir, il erre en quête de spiritualité et de réconfort. Il se dit que Dieu, pris de compassion, finira par accéder à son rêve. 

Un de ces soirs, il s'approche d'une petite lumière autour de laquelle sont réunis quatre derviches. Ce sont trois princes et un riche marchand devenus ces acétiques qui suivent la voie du soufie. Et ce soir-là, ils décident de se raconter les uns aux autres ce qui les a conduit sur les routes. 

Dans leurs récits Djinns, créatures fantastiques, jardins luxuriants foisonnent. Il y a des brigands, de jolies jeunes femmes et des méchants profiteurs. Bref, tout ce qui fait les contes ou que l'on soit. Ce livre est devenu désormais un classique, un peu comme les Mille et Une Nuits et il faut aller à sa découverte.

► En SAVOIR PLUS | Les Aventures des quatre derviches de Mir Amman, chez Libretto.

Le conseil lecture de la semaine

Avec une belle édition et une couverture digne d'un livre de cuisine d'un grand chef d'aujourd'hui. On sait qu'Alexandre Dumas aimait la bonne chère. Mais ce dictionnaire est plein de pépites. 

Certaines recettes ne sont plus d'actualité, comme le daim à la broche, le pied d'éléphant ou le potage de grenouille, mais leur description et l'érudition de Dumas en font un moment de littérature vraie et qui met l'eau à la bouche. Et il n'est pas interdit, si vous n'avez pas encore imaginé votre repas du nouvel an, d'aller chercher de quoi surprendre agréablement vos invités. 

Et quoi de plus chic que de répondre si on vous demande la recette : c'est Alexandre Dumas qui me l'a donnée. En attendant : joyeux Noël et plein de livres en cadeaux.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.