C'est dans un asile et pendant la seconde guerre mondiale que Didier Daeninckx nous entraîne, pour un épisode méconnu de la vie de Paul Eluard (chez Folio).

Quand Denise arrive en 1943 dans cet hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole, cela fait des décennies que ceux que l'on appelle "les fous" y sont internés. Ici, en Lozère, au pied des causses où il fait si froid l'hiver, sous le régime de Vichy, deux médecins héroïques font tout pour sauver leurs malades.

A cette époque, en France, un "fou" sur deux est mort de mauvais traitement ou de faim. Ces médecins, Lucien Bonnafé et François Tosquelles, révolutionneront la façon de traiter les malades mentaux, mettant fin par exemple à l'entravement des plus agités pour engager la parole avec eux.

Parallèlement ces hommes courageux font de l'asile un refuge pour les Résistants et juifs en fuite. Comme cette jeune Denise, 23 ans. De son nom Glaser. C'est bien celle qui deviendra la célèbre présentatrice télé des années 60 (Discorama, etc.). A l'asile de Saint-Alban, elle s'occupe de la bibliothèque puis intègre le réseau de la résistance. Les jours suivants son arrivée, c'est Paul Eluard et sa femme Nusch qui sont accueillis. Ils resteront 8 mois. Eluard est un héros, son poème Liberté, j'écris ton nom est même parachuté par les avions anglais en même temps que les armes et les munitions pour les maquisards.

Le poète sera fasciné par le talent de certains internés comme le sculpteur Auguste Forestier qu'il fera découvrir après-guerre à Picasso ou Dubuffet, cela donnera l'art brut. Ce roman court basé sur des faits réels est captivant et éclaire une période oubliée qui mérite d'être remise en lumière. Et puis il y a l'écriture rigoureuse et prenante de Didier Daeninckx.

D'autres conseils lecture

  • Les éditions Points donnent la parole à la musique - en tout cas aux chanteurs - avec plusieurs biographies.

Renaud, Gainsbourg, Dutronc, David Bowie ou Gil Scott-Heron. Cinq documents qui nous livrent l'intime de ces chanteurs.

Tous hommes révoltés, aux failles exprimées dans leurs textes et leurs musiques. A chaque fois, les biographes que sont Pierre Mikaïloff pour Gainsbourg, Erwan L'Eleouet pour Renaud, Michel Leydier pour Jacques Dutronc ou Patrick Eudeline pour Bowie s'intéressent à l'humain et sont allés chercher chez leurs proches la substantifique moelle et l'ADN de ces artistes. Pour Scott-Heron c'est une autobiographie, émouvante, violente et ancrée dans son époque. Tous ces livres sont à lire bien sûr, écouteurs sur les oreilles.

Invitons-nous à Médan, car Evelyne Bloch-Dano a sous-titré son livre : "Le roman d'une maison". Zola n'était pas homme à se livrer, il n'a laissé ni journal, ni mémoire. Et la seule chose qui parle pour lui, de lui, c'est sa maison de Médan, décorée et meublée à son image. Evelyne Bloch-Dona nous fait vivre intensément le lien permanent entre l'œuvre et la vie de Zola. C'est formidable. Evelyne Bloch-Dano nous rend Zola très proche, c'est comme un honneur fait à ceux qui aiment Zola, ses romans et son engagement politique. Ce livre est indispensable.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.