Les éditions "J'ai Lu" proposent un coffret de petits livres qui s'appelle "Premières fois" : 10 livrets, 10 auteurs, 10 événements historiques ou personnels.

Johnny Hallyday, Line Renaud et Guy Lux, en 1975.
Johnny Hallyday, Line Renaud et Guy Lux, en 1975. © Getty / James Andanson

C'est souvent touchant. L'actualité donne une émotion particulière à plusieurs nouvelles comme celle de Patrick Eudeline qui raconte la première apparition de Johnny Hallyday à la télévision et son impact. 

Dans "Le petit gars qui se roulait par terre" en nous racontant l'histoire de Freddy, Patrick Eudeline met en scène toute une époque. Freddy, 17 ans, apprenti garagiste, porte un blouson noir, a pour idoles Elvis et James Dean, et ce 18 avril 1960 quand il voit à la télévision ce jeune garçon de son âge présenté par sa marraine, Line Renaud, il comprend tout de suite que quelque chose vient de changer en France. Patrick Eudeline nous rappelle que Johnny a chanté la solitude des jeunes et l'incompréhension de la société à leur égard. Ils se sont reconnus en lui. Soixante ans plus tard ils se reconnaissaient toujours. 

La nouvelle de François Bégaudeau, elle aussi, résonne différemment. "La première femme à l'Académie française" met en scène la digne institution avec beaucoup d'humour. François Bégaudeau évoque à sa façon la création de la docte académie et sa misogynie congénitale que vient percuter avec fracas l'arrivée de Marguerite Yourcenar et le soutien sans faille de Jean d’Ormesson. Il y a de sérieux coups de patte mais François Bégaudeau reconnait qu'en élisant en 1999 une femme "secrétaire perpétuel" en la personne d'Helene Carrère d'Encausse, l'Académie est une des rares institutions anciennes a avoir donné à une femme un poste si important.     

Enfin moment d'émotion également avec " Un ruban de rêve " de Gonzague Saint Bris sur le premier festival de Cannes de 1946 qui s'est tenu à la fin du mois de septembre et dont Cocteau et Michèle Morgan étaient les vedettes. Il y a beaucoup de nostalgie et un peu de tristesse en lisant cette belle nouvelle.

Ces 10 Premieres fois sont aussi celles de Philippe Besson parlant du sida, de Eliette Abecassis du premier bikini, de Philippe Jaenada du premier vainqueur du marathon des premiers jeux olympiques modernes ou de Nicolas d'Estienne d'Orves et du premier métro parisien. C'est varié, drôle ou émouvant et ces petits livres dans leur coffret nous racontent plus d'un siècle d'évolution.

► EN SAVOIR PLUS | Premières fois, chez J'ai lu

Le conseil de lecture en plus

Il imagine pour la suite un avenir pas si radieux. Il ne casse pas vraiment les rêves mais raconte d'un autre point de vue et quelques années après. Alors forcément c'est un peu moins glamour. La sorcière de Hansel et Gretel est plus bête que méchante, Jack dépense tout l'argent que le haricot magique aurait pu leur fournir et la belle doute d'avoir fait le bon choix en épousant la bête. 

En cette période de fêtes attendez un peu avant de raconter ces contes aux enfants. L'humour est grinçant et la fin souvent cruelle. Mais peut être les trouveront-ils plus intéressant comme ça.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.