Comment devient-on un grand lecteur en ayant grandi dans une maison sans livre et sans image ? Le scénariste Jean-Claude Carrière donne une partie de réponse grâce à la visite de sa bibliothèque au micro d'Amélie Perrier.

Dans la bibliothèque du scénariste Jean-Claude Carrière.
Dans la bibliothèque du scénariste Jean-Claude Carrière. © AFP / CLEMENS NIEHAUS / GEISLER-FOTOPRES / GEISLER-FOTOPRESS / DPA PICTURE-ALLIANCE

Dans les pièces à vivre de Jean-Claude Carrière, il n'y a aucun livre. Pour le scénariste de Cyrano de Bergerac, "les livres méritent une pièce pour eux". Cet immense lecteur se remémore son enfance dans une maison "sans un livre et sans une image". Il se rappelle d'ailleurs une phrase que son père avait l'habitude de répéter à propos de l'oeuvre Valentine de Georges Sand : "J'aime ce livre, je ne vois pas pourquoi j'en lirais d'autre".

Dès l'enfance, l'importance qu'il donne à ses lectures interroge ses proches : "Quand j'avais onze ans, j'avais déjà 80 livres et j'en étais très très fier. C'était considéré dans ma famille comme une curiosité". C'est à 14 ans que ses "lectures décisives ont commencé". Aujourd'hui, cet amour des livres n'a aucunement disparu : chaque jour, il lit ou relit un livre.

Dans la bibliothèque de Jean-Claude Carrière 

  • Manifestes du surréalisme d'André Breton, dans la collection essais de chez Folio.
  • L'étranger, d'Albert Camus, édité chez Folio.
  • Le père Goriot, d'Honoré de Balzac à retrouver aux éditions Folio plus classiques.
  • Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand au éditions Folio
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.