Ancienne de chez Charlie Hebdo, Catherine Meurisse est l'auteur des bande dessinées La Légèreté, Les Grands Espaces et Delacroix. Dans sa bibliothèque à Paris, on trouve des catalogues d'expo, les amis Brétécher, mais aussi Marcel Proust, compagnon d'une vie de lecture.

Catherine Meurisse
Catherine Meurisse © Dargaud/Rita Scaglia

Dans son petit salon trône une bibliothèque qui va jusqu'au plafond et la rassure : "Dès que je me sens un peu bête et que je regarde ne serait-ce que la tranche des livres, je sens que la bêtise s'éloigne un tout petit peu". 

Une bibliothèque , c'est un rempart contre la connerie.

C'est par le dessin que Catherine Meurisse entre dans le monde de la littérature. Lorsqu'elle est enfant, les romans de Roald Dahl, illustrés par Quentin Blake lui procurent ses toutes premières émotions littéraires.

Pour moi ça a été un choc. Quelques petits coups de crayon, des tâches d'aquarelle. C'est un dessin qui vous prend au sérieux quand vous êtes enfant.

Sempé est à l'origine de son voyage dans le monde littéraire. Du Petit Nicolas, il la mène jusqu'à Cabu ou encore à Ungerer dont elle a adoré The party (traduit "Une Soirée mondaine" en français), un ouvrage "féroce" tout en étant "jubilatoire". Pour Catherine Meurisse, Brétécher a aussi une place immense et ne se démode pas : "C'est toujours aussi cinglant, intelligent, gigantesque". 

Un confinement dans "La Montagne magique"

S'il y a bien un livre qui a marqué le confinement de Catherine Meurisse, ce serait La Montagne magique de Thomas Mann, un roman qui raisonnait dans l'actualité. "Je me sentais concernée, car nous étions tous confinés, mais en même temps, les descriptions des montagnes me donnaient de l'air frais". 

Le déconfinement a suspendu la lecture de Catherine Meurisse dont la bibliothèque contient tout Marcel Proust, qu'elle aime appeler son "auxiliaire de vie". D'ailleurs, c'est par son prénom qu'elle nomme l'auteur du Temps perdu, tout comme Gustave Flaubert; une façon pour elle d'aborder sans craintes ces "monuments attachants".

La poésie en écho à l'enfance

La poésie, elle l'a découverte à l'école comme beaucoup d'entre nous. Aujourd'hui, elle aime lire celle de Philippe Jaccottet. Des poèmes en prose qui lui apparaissent presque comme des Haïku. C'est le cas du poème Cahier de verdure, lui rappelant des odeurs de campagne et d'enfance, auxquelles elle fait écho dans sa bande dessinée Les Grands Espaces, paru aux éditions Dargaud.

Dans la bibliothèque de Catherine Meurisse

  • Une Soirée mondaine par Tomi Ungerer, publié aux éditions Albin Michel
  • La Montagne magique par Thomas Mann, paru au Livre de poche
  • Cahier de verdure par Philippe Jaccottet, chez Gallimard
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.