C'est l'une des mesures méconnues du Plan climat de la capitale. Avec le réchauffement climatique, il va faire de plus en plus chaud en ville. Pour rafraîchir l'atmosphère, la mairie veut réaménager les cours de récréation : plus de végétalisation, moins de béton. Plusieurs expérimentations sont lancées.

Le groupe scolaire Riblette va verdir ses trois cours de récréation
Le groupe scolaire Riblette va verdir ses trois cours de récréation © Conseil d'Architecture, d'Urbanisme (CAUE)

Des marteaux-piqueurs pour lutter contre les canicules. Cet été, le groupe scolaire Riblette dans le XXe arrondissement de Paris devrait connaître un réaménagement  "spécial changement climatique". Aujourd'hui, les trois cours de récréation de cet établissement (deux écoles se partagent les locaux) datant de la fin du 19ème siècle sont typiquement parisiennes. Elle sont petites, enclavées et recouvertes de bitume. Les quelques platanes donnent un peu d'ombre, mais ne suffisent pas à rafraîchir l'atmosphère étouffante l'été.  "Nous utilisons des moyens artisanaux, les tuyaux d'arrosage pour rafraîchir les enfants et nous arrosons les cours" détaille l'un des directeurs, Thibault Webre.

La ville veut lutter contre les "ilots de chaleur"

Ces cours de récréation sont ce que les urbanistes appellent désormais des "ilots de chaleur urbains".  Ces lieux très minéraux emmagasinent la chaleur pendant la journée. La température ne baisse pas la nuit car les sols bitumés empêchent l'eau de s'infiltrer pour ensuite s'évaporer. La situation va empirer selon les projections de Météo France présentées le 8 juin 2018. À Paris, il pourrait faire de 1 à 4 degrés de plus à la fin du siècle. Tout dépendra des mesures mises en place à l'échelle mondiale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Température moyenne annuelle : écart à la référence 1961-1990 Paris-Montsouris
Température moyenne annuelle : écart à la référence 1961-1990 Paris-Montsouris / Météo France

Dans la capitale, il faut se préparer à vivre à l'avenir des épisodes caniculaires entre juin et septembre, et plus seulement en juillet et août. "Avec le dérèglement climatique, cet effet d'ilot de chaleur va être très important dans les années qui viennent", confirme Célia Blauel, adjointe au maire de Paris chargée notamment du Plan climat, une feuille de route de 500 mesures. 

Il faut enlever le bitume dans les écoles mais aussi sur les trottoirs, et demain dans toutes les grandes opérations d'aménagement à Paris, il faut débitumer et laisser l'eau s'infiltrer.

Le groupe scolaire Riblette va verdir ses trois cours de récréation cet été. Tous les "utilisateurs" des espaces extérieurs, adultes comme enfants, ont été consultés.  Ils ont retenus des critères de confort, de sécurité,  de "vivre ensemble" (mieux partager la cour entre les filles et les garçons par exemple, ou entre les terrains de ballons ou les espaces de jeux calmes).

Mais la priorité sera également d'aménager des lieux de fraîcheur avec des sols poreux, un mur végétalisé, des brumisateurs, une fontaine à eau et moins de béton.  Dans l'une des cours, "on va enlever un tiers du bitume et aménager un espace de pelouse", explique le directeur Thibault Webres, "nous verrons si c'est viable avec tous les enfants".  Un autre instituteur ajoute : "On espère  que la verdure jouera sur le climat scolaire et apportera un peu plus de sérénité dans la cour ".

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.