Laloux est une entreprise familiale située en Belgique et spécialisée en habillage de fenêtres. La crise du coronavirus marque une vraie pause dans la vie de son gérant, Evan Laloux. Il décide alors de changer de vie.

L'entrepreneur Evan Laloux explique pourquoi il a décidé de changer de vie et de faire une pause dans sa vie professionnelle
L'entrepreneur Evan Laloux explique pourquoi il a décidé de changer de vie et de faire une pause dans sa vie professionnelle © Getty / mixetto

Evan Laloux incarne la quatrième génération d’une famille d’artisans connus dans le monde de la décoration. Depuis plus de cent ans, sa famille gère l’entreprise. Il devient le chef de l’entreprise en 2012, à la mort de son père.  Un portrait signé Tom Denis, journaliste à la RTBF. 

Une entreprise centenaire

C’est en 1905 que Louis Laloux crée son atelier de menuiserie-ébénisterie. Aidé de son épouse, ils vendent des rouleaux de tissus et les créations de leur atelier. En 1930, l’entreprise s’élargit sous la direction de Charles Laloux et de son épouse Denise. Ils s’ouvrent au secteur de la menuiserie et de la décoration d’intérieur. Louis Laloux Junior, le père d’Evan, reprend l’entreprise en 1986. Il intègre ses fils à l’affaire familiale dès 2010. L’entreprise s’ouvre au numérique avec l’arrivée de cette quatrième génération.

Dès le début, il y a un investissement complet de ma personne dans l’entreprise. C’était aussi en quelque sorte le moyen de faire le deuil de mon père. Et pendant deux ans, trois ans, la vie s’est enchaînée à une vitesse... Pas de pause. Quasiment pas de vacances. 

Une pause pour « réfléchir »

En mars 2020, la mise en place des mesures de confinement marque un temps d’arrêt pour l’entreprise. Evan est également victime d’un accident de ski qui l’immobilise.

Un confinement qui est au final une véritable pause de la vie entrepreneuriale. Et qui est peut-être, au bout du compte, nécessaire. 

Il décide de mettre sa société en gérance. Evan a envie de s’évader. Nouveau projet, nouvelles priorités, il va désormais « prendre le temps ».

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.