Jeune, Elvis Presley était magnifique et sexy. Mais, rongé par son addiction aux médicaments, le King perd de sa grâce… Pourquoi personne de son entourage n'a pu empêcher cela ?

Elvis Presley en 1970.
Elvis Presley en 1970. © Getty / Stanley Bielecki Movie Collection

En visitant les différentes boutiques de Graceland, je remarque qu'on met souvent en évidence les photos d'un Elvis magnifique, jeune et sexy des années 50 / 60 et qu'on affiche pas trop les images d'Elvis alourdi et détraqué par les trop fortes doses de médicaments, tel qu'il l'était à la fin de sa vie.

C'est vrai que les apparitions d'Elvis à la fin de sa vie font partie des images qui ont frappé les esprits.

Alors qu'on avait connu celui que certaines filles considéraient comme le plus bel homme du monde, les écrans de télévision nous rendaient une image difficile à supporter.

Jacques Delessert, auteur du livre _Elvis mon ami_ :

Son dernier concert, où il est vraiment bouffi et tout, il essaie d'atteindre une note, il ruisselle de sueur. Il a toujours son très beau sourire. C'est dramatique de voir ça. C'est vraiment un déchéance complète.

Moi je dis : c'est une fin tragique.

Alors comme d’autres fans que je croise à Memphis, je me demande s'il n'y avait pas un moyen d'aider Elvis à cette époque. Cette mafia de Memphis, sa fiancée du moment,le colonel Parker, ce gens autours de lui ne pouvaient-ils pas taper du poing sur la table et lui dire d'arrêter de prendre toutes ces pilules qui le détruisait ?

Je décide poser cette question à celui qui était le chef de l'entourage d'Elvis, Joe Esposito :

On a essayé d'en parler avec lui autour d'une table ou après un concert. On lui disait : « Elvis, il faut que tu arrêtes ces médicaments, tu n'es plus toi-même, tu n'es pas bon sur scène » . Parfois il était d'accord, il disait qu'il allait faire quelque chose. Et puis d'autres fois il disait « Tu vois où est cette porte ? Si ça ne te plaît pas, va-t-en » Et je ne voulais pas le laisser.

Une fois on est allés à Hawaï et on jouait au football sur la plage. On s'est bien amusés. Il ne prenait rien du tout.Et puis on est rentrés et dès que quelque chose l'a ennuyé, comme le fait un alcoolique, il a replongé. Il a repris les médicaments. On espérait qu'un jour il allait se réveiller et se dire « Qu'est-ce que je suis en train de me faire ? » mais ce n'est jamais arrivé. On ne pensait quand même pas qu'il allait mourir. Pas à cet âge.

Personne n'avait donc pu empêcher la déchéance de Presley, même pas Elvis lui-même malgré le caractère si déterminé qu'on lui avait connu des années auparavant.

Son dernier succès avant sa disparition fut une chanson enregistrée en octobre 1976 dans l'une des pièces de sa maison, la fameuse Jungle room. La chanson s'appelle Way Down.

♪ Musique : Elvis Presley - Way Down, écrit par Layng Martine, Jr. (1976)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.