Elvis Presley est sur une base américaine près de Francfort pour son service militaire, mais il n'en oublie pas la musique pour autant.

Elvis Presley sur le plateau du film "G.I. Blues" en 1960
Elvis Presley sur le plateau du film "G.I. Blues" en 1960 © Getty / Sunset Boulevard

De 1958 à 1960, la présence d'Elvis Presley sur le sol européen ne passe pas inaperçue. Déjà 1500 personnes avaient envahis le quai de Bremerhaven, à l'arrivé de son bateau le 1er octobre 1958. Et par la suite de nombreux fans essayèrent de croiser son chemin près de Francfort.

Et à force d'attendre devant le numéro 14 de la Goethestrasse, Jacques Delessert, auteur du livre Elvis, mon ami, y est même parvenu. Ce qui a provoqué quelques jalousies autour de lui.

Beaucoup de gens n'ont jamais cru que j'avais rencontré Elvis Presley. J'ai reçu des offres colossales, et encore aujourd'hui, je ne vendrai jamais ces photos... C'est quelque chose à moi, que j'ai d'Elvis Presley et que les autres n'ont pas.

Elvis a continué à chanter pendant son service

Ne voulant pas perdre le plaisir de chanter, Elvis avait installé un petit studio dans sa maison. Il l'avait surnommé le studio G et il y a fait quelques rares enregistrements. Elvis écoutait beaucoup Mario Lanza à l'époque, et c'est sa version de O' sole mio qui donnera envie à Elvis de chanter, plus tard, It's now or never.

Plus au nord, en Belgique, un jeune fan de Presley qui allait devenir un grand chanteur de charme écoutait aussi cet artiste. Il s'appelait Frédéric François :

Sur toutes nos platines, à la maison, on est sicilien... Qu'est ce qu'il y avait ? Bien sûr, il y avait du Mario Lanza. Parce que eux, quand ils ont émigré, ils adoré par dessus tout l'opéra. Nous, bien sûr la jeunesse, on se disait "Bon... l'opéra, qu'est ce que c'est que ce truc ?". Nous on préférait Elvis Presley, le rock'n'roll. Mais sur les platines, il y avait Mario Lanza. Et c'est vrai que c'était un américain qui faisait succès dans le monde entier et qui chantait en fait, toutes les chansons napolitaines mais en anglais.

Le rockeur Elvis devenait crooner. Et ce n'était pas du goût de tout le monde. Dés son retour de l'armée, Elvis enregistre de nouvelles chansons au studio RCA de Nashville, comme ce morceau composé par Mort Schuman, A mess of blues.

Elvis Presley - A mess of blues (160) de Doc Pomus et Mort Shuman / RCA Victor

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.