Si il est bien allé à Paris durant les permissions accordées, Elvis Presley n'a pas rencontré Brigitte Bardot. Ce qui ne l'empêcha pas de profiter des plaisir de la capitale.

Elvis Presley à Paris en 1959, lors d'une conférence de presse
Elvis Presley à Paris en 1959, lors d'une conférence de presse © Getty / Bettmann

Elvis n'a donc jamais donné de concert en Europe, à son grand regret d'ailleurs. Et pourtant, il a eu l'occasion d'y venir en 1959 et en 1960, en Allemagne bien sûr pour son service militaire. Mais aussi à Paris, où il est venu trois fois, dont une visite très discrète motivée par une très jolie femme.

Jean Marie Pouzenc, auteur du livre Elvis à Paris

Il est venu la première fois en juin 59. Il est resté une bonne dizaine de jours, il était en permission. Et il est revenu la semaine qui a suivi pratiquement. Il a fait un aller-retour vite fait. Il flirtait avec les jeunes femmes du Lido. Et particulièrement avec une des sœurs Kessler qui étaient à l'époque les vedettes du spectacle. Il est ensuite revenu en janvier 60, pour rencontrer un maître de karaté.

Quand on demande à Joe Esposito qui accompagnait Elvis à Paris si il y avait bien une histoire d'amour autour de ces voyages en France, voici ce qu'il répond :

Pas une. Plusieurs. Il y avait une fille qu'il aimait particulièrement. Nancy Parker. Je ne sais plus dans quel spectacle elle jouait. Il l'aimait beaucoup et il l'a vu deux ou trois fois. Nous étions à l'hôtel Saint-Georges sur les Champs-Elysées. Comme il était déjà venu, il m'a fait visité. On a vu la tour Eiffel, Notre Dame..., on a fait pas mal de boîtes de nuit. Plusieurs fois le Crazy Horse Saloon. En dansant, toutes les filles regardaient Elvis.

Elvis menait donc la belle vie à Paris et Joe Esposito, témoin et acteur de cette aventure française n'était pas au bout de ses surprises.

Le plus drôle, c'est que des limousines nous attendaient à l'arrivée du train. Les officiers et les généraux nous regardaient partir en limousine, alors que eux devaient attendre un taxi. Je me disais : "Ce sont des généraux et des colonels ! Et ils doivent prendre un taxi ? Et nous, on prend des limousines juste parce que l'on est avec Elvis !". C'était un autre monde pour moi.

Elvis avait donc eu l'occasion d'entendre de belles chansons francophones durant ses séjours et c'est peut-être pour ça qu'il avait enregistré sa version du célèbre plaisir d'amour Can't help falling in love.

Elvis Presley - Can't help falling in love (1961) deHugo Peretti Luigi Creatore George David Weiss / RCA Victor

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.