Elvis Presley est né dans la ville du blues et du gospel, et ces courants ont fait de lui l'artiste reconnu mondialement.

Elvis Presley en conférence de presse, 1972 - New-York
Elvis Presley en conférence de presse, 1972 - New-York © Getty / Art Zelin

Memphis est situé à l’extrémité ouest de l'état du Tennessee, au bord du Mississippi. Et même si cette ville rime avec Elvis, le roi du rock'n'roll, on ne peut s'empêcher de penser que la vraie musique d'ici, c'est le blues. Ce blues noir que l'on jouait sur Beale street, bien avant que Presley ne s'y impose. Et c'est le blues, le gospel qui ont donné un jour à Elvis, l'envie de chanter. Hugues Aufray évoque pour nous les sources de ces musiques :

Sur scène, je le dis tout le temps, le rock'n'roll est une des branches de la musique qui a été inventée par les noirs. Ils ont beaucoup souffert. De cette souffrance, ils ont su créer la musique et la danse qui sont maintenant la musique et la danse de la jeunesse. C'est la première révolution mondiale. Parce que le jazz, le rock'n'roll, le gospel ont envahi le monde entier. Et si Elvis Presley passe pour être le créateur du rock'n'roll, il faut savoir qu'il appris ça des noirs. Il reste quand même un formidable chanteur.

Et si Elvis a influencé le rock, il ne faut pas minimiser l'impact qu'il a aussi sur les chanteurs dits de "charmes". Frédéric François en est la preuve.

J'allais le mercredi après-midi au cinéma avec les copains et les copines. Et puis on allait voir Presley. Et voilà qu'on se retrouvait devant un film avec ce séducteur qui chantait. En fait c'était un rockeur mais un rockeur particulier parce que c'est un rockeur qui était un grand séducteur. Alors qu'aujourd'hui, les rockeurs ne le sont pas forcément. Il était l’idole des jeunes. Je me suis permis de chanter sur scène à l'Olympia Love me tender, et de l'offrir au public, au milieu d'un tour de chant. Je leur disais que je rendais un hommage à Presley. Qu'il me pardonne... parce qu'il faut oser, dans un tour de chant se dire : "Moi Frédéric François, je vais rendre un hommage à Presley". C'est inattendu.

Et sur les hauts parleurs de Graceland, qui diffuse ses chansons en boucle, Elvis le crooner touche les visiteurs en plein cœur.

Elvis Presley - Release me (And let me love again) (1970) de Eddie Miller, James Pebworth et Robert Yount / RCA Victor

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.