Ce matin, le meilleur de l’électro et le meilleur de la voix, incarné dans un groupe bien nommé puisqu’il s’appelle « Form »

Extrait White Flag 

Oui Nicolas, à l’écoute de « Form », on est pris d’entrée par une forme de sidération, de celle qui nous frappe devant un son qui nous dépasse. Un son compact, parfait, somptueux.

Impossible d’analyser ou de séparer les différents éléments qui composent cette musique. Parce que la fusion est admirable et tellement dense qu’elle prend corps, un corps royal, incarné par trois âmes, Hausmane le chanteur qui vient de la folk, Adrien aux synthés et Aksel aux percus. Leur nom, FORM, F.O.R.M, est programmatique. Les sons se déplacent dans l’espace, dessinent des courbes, des angles, des ruptures, des sons rétiniens qui nous caressent le derme. Et comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nos mômes de banlieue font du gestallt, oui on fume de la bonne ce matin dans le 7/9 : Getsallt : c’est quand les phénomènes nous apparaissent comme des ensembles structurés, donc des formes, et non plus comme une simple addition d'éléments.. Dingue non ?

Extrait Alive 

Les gars de FORM ont grandi en banlieue parisienne, se sont connus au collège. En bons autodidactes, ils ont appris les uns des autres. Ils ont d’abord commencé à faire des sons pour les rappeurs. Et puis Housmane le chanteur a assumé son chant, c’est curieux de dire ça alors qu’il a une voix somptueuse et une diction parfaite. Puis ils se sont donné les moyens de leur autonomie artistique, ont investi un musée désaffecté à Argenteuil, présentant un projet culturel avec d’autres associations pour en faire le musée sauvage, leur studio, leur camp de base, à partir duquel ils se sont mis à rayonner…

Extrait drifting 

Je vous cite André : comment fait-on pour rendre organiques des sons produits par des machines ?

C’est tout l’art de nos camarades de Form : Ils sont des trafiquants de son depuis toujours. Leur obsession, créer leur propre textures sonores. Aujourd’hui, on ne dit plus composer une chanson, mais faire un son. Un son, un sample, une séquence de musique glanée sur un support et qui reprend vie dans un autre contexte.

C’est Pierre Schaffer, chercheur français, qui en 1948 inventa la boucle à l’aide d’un disque dont il referma le sillon sur lui-même. 

Il créa la musique concrète, un art acousmatique, pour faire référence à Pytagore qui enseignait derrière un rideau et dans le noir, afin que sa voix dissociée de son image prenne une importance quasi surnaturelle. On est dans le sacré je vous dis, et pour les chanceux parisiens, Form sera au point éphémère le 10 décembre pour sa release party avec la Chica de Belleville qu’ils ont invité sur leur EP.

Extrait Waterfall  

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.