Ce matin, à l’approche des fêtes, une voix douce qui ressuscite les rêves d’autrefois, Max Jury…

Ce matin, j’ai envie de vous offrir un peu de douceur. De toute évidence, ce que réussit Max Jury, c’est d’exhumer la sensation d’un vieux rêve que chantaient les hippies des années 1970 et qui non seulement ne s’est pas réalisé, mais tourne au cauchemar..

Témoin de l’impuissance des gouvernants, témoin des livres à succès qui constatent qu’Homo Sapiens est un prédateur qui après avoir tout détruit sur son passage s’attaque maintenant à la planète sous l’œil vitreux des chaines de désinfo qui par le procédé de la boucle, saturent le réel d’une anxiété qui rend fou.. Le procédé de la boucle, justement, c’est ce que refuse Max Jury.. Pas de boucle, no loop, pas de répétition mécanique d’un groove sur lequel il poserait son chant délicat...

Que du vrai, du brut, une batterie bien mate, une guitare acoustique, une électrique un peu psychédélique qui soutient des riffs de passage, et une voix androgyne avec de l’air et du feeling, du feeling, encore du feeling, entre un Neil Young prépubère, un Michael Francks énervé et une Lana Del Rey apaisée, dont notre héros Max Jury, a fait la première partie. Pour sû, on se reconnaît entre déchirés tranquilles.

Bon sauf que Max Jury, n'est pas né dans le San Francisco de la grande époque mais entre le Mississipi et le Missouri, dans l’Iowa. C’est au milieu, un peu à droite, un peu en haut sur la carte. Il n’est pas né dans une famille de trappeurs non plus, mère dans la politique et père dans la finance, mais il a commencé à écrire ses premières chansons à l’âge de 14 ans, à cause de son premier chagrin d’amour.

André, vous avez un drôle de conseil à nous donner pour écrire des chansons…

On ne dira jamais assez les bienfaits des chagrins d’amour sur l’écriture musicale. Ce conseil vaut pour vous, je ne le vous souhaite pas mais si d’aventure vous aviez encore à expérimenter les affres d’un chagrin d’amour, en gros si vous vous faites larguer, prenez un stylo, et écrivez, écrivez, écrivez, avec un peu de chance ça va vous soulager, et vous risquez même, pourvu qu’elle soit bonne, la chanson, de vous faire du pognon. De Beethoven à Wagner en passant par Phil Collins, ils vous le diront tous, rien ne vaut un bon chagrin d’amour pour vous inspirer. En attendant Noël approche, enfilons-nous à plusieurs dans un vieux pull en laine au bord de la cheminée et laissons nous guider dans cette folk tranquille matinée de soul, que nous propose Max Jury, en attendant la fin de l’année, à défaut d’attendre la fin du monde.

Légende du visuel principal:
Max Jury (20 mai 2016, Paris, France) © Getty / David Wolff - Patrick/Redferns
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.