Ce matin, Lubiana, jeune prodige multi instrumentiste à la voix de velours, qui fait de sa Belgique natale un des territoires les plus féconds en termes de musique..

Self Love 

La musique c’est des histoires de fréquences. La voix c’est un générateur de vibrations qui remue chaque cellule de celui ou celle qui les reçoit. Dans ma quête quotidienne de l’ultime pépite sonore, quête fastidieuse tant la production musicale a explosé dans un mouvement inversement proportionnel aux revenus des artistes, soudain, au détour d’un clic, la lumière, ou plutôt, le frisson, instantané. Lubiana. L.U.B.I.A.N.A : Lubiana. 

La peau sait avant la tête. On n’écoute pas qu’avec les oreilles, le corps entier est mobilisé. Dès les premières notes, la vérité de cette voix magnifique éclate. Or on ne triche pas avec la voix. Il n’est qu’à écouter les efforts désespérés de ceux qui nous gouvernent pour trouver le ton juste, entre l’injonction guerrière et le ton mielleux d’une compassion forcée.  On aurait envie de leur dire, avant de nous indiquer la bonne voie à suivre, trouvez votre voix pour nous indiquer le chemin. Les accents de sincérité ne se travaillent pas avec un coach.  Or désormais aucun homme politique ne se lance dans la carrière sans son coach vocal. Autrefois les oracles guidaient les rois en fouillant les entrailles d’un poulet, désormais c’est en musclant le larynx des puissants qu’ils exercent leur pouvoir.

I think ‘bout you 

La jeune Lubiana Kepaou naît en Belgique d’un papa Camerounais et d’une maman belge qui va l’initier à la musique.   R     Enfant, elle fait l’apprentissage de beaucoup d’instruments, mais à 15ans, c’est en écoutant Sarah Vaughan chanter « In a sentimental mood » de Duke Ellington qu’elle va vivre son épiphanie, c’est-à-dire ce sentiment violent qui vous relie soudain à l’essence des choses et vous montre par extension votre place dans le monde..

Let it be

 Coiffée de sa toison d’or afro blonde, elle affronte le monde, armée de sa voix de velours profond, et d’une musicalité intérieure qui ne la quittera jamais, même dans le monde risqué des castings télé qui sont désormais le quotidien des chanteurs à l’assaut d’une audience.

C’est justement dans The Voice Belgique qu’elle est révélée, et non seulement elle n’y perd pas son âme, mais trouve la force nécessaire de se centrer encore plus dans son intériorité, et puiser dans son africanité pour s’accompagner d’un des instruments les plus magiques qui soit, la Kora, cette double harpe africaine dont le jeu alterne la douceur et la célérité, la rythmique et la virtuosité, d’ordinaire réservé aux hommes, alors que la légende dit qu’elle était l’instrument personnel d’une femme-génie qui vivait dans les grottes de Missirikoro au Mali, dont elle fut dépossédée par un chef de guerre pour être désormais transmise aux griots de pères en fils. Lubiana a donc rendu à la magicienne ce qui lui appartenait, grâce lui en soit rendue… 

Feeling Low 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.