Ce matin, un poète seul derrière son piano nous soulage du bruit furieux qui vient d’Amérique, il s’appelle Gabriel Kahane, son album « Book of Travelers »…

La il faut le faire…

Cet album nous redonne la foi, en ces temps troubles, Gabriel Kahane réussit le miracle de réinventer l’exercice janséniste du piano-voix !

Disons le tout net, le genre peut être rébarbatif, je ne suis pas sur qu’on ait tous envie d’écouter un piano-voix intimiste comme au bon vieux temps des cabarets rive gauche, vous savez, juste avant la signature des accords d’Evian..

Et voilà que Gabriel Kahane, en pleine mandature Trump, nous envoie une bouffée de poésie qui nous fait croire que l’Amérique des song writer, de la folk indie, n’est pas morte, qu’elle est toujours vivante et qu’elle avance.
 

Jamais on ne se dit qu’il n’y a qu’un piano et une voix à l’écoute de cet album. 

Le génie de Gabriel Kahane, c’est d’arranger son piano, avec tantôt des lignes de basses d’inspiration électro, tantôt des accords avec de l’espace qui résonnent comme des nappes, ou encore des contre-chants sobres et doux, et ce sans artifice de production, il n’est même pas préparé son piano, pas trafiqué, pas de punaises dans les marteaux, de papier coincé dans les cordes, de caoutchouc bloquant la résonance des cordes, juste un toucher magique, d’une délicatesse extrême, sans afféterie avec un sens du tempo implacable, qui nous donne le sentiment qu’une grosse prod moderne soutient le playback. Il y a juste la magie des dix doigts délicats de Gabriel Kahane sur son clavier..

Cet album, Gabriel Kahane l’a écrit dans des circonstances particulières… 

Cet album est né du choc de l’élection de Donald Trump en 2016. Dès le lendemain, nous dit Gabriel Kahane, j’ai fait ma valise et j’ai embarqué sur le Amtrack Lake shore limited, le train qui relie Chicago à New-York en faisant le tour des grands lacs.

Pendant les 13 jours qu’a duré le voyage, j’ai parlé à des douzaines d’étrangers, avec qui je partageais mes repas à bord des 6 trains qui m’ont emporté sur 15 000 kilomètres autour du pays.

Les chansons de cet album sont un témoignage de ce voyage, comme un journal de bord, et surtout, un portrait de l’Amérique… A quelque chose malheur est bon, Books of travelers de Gabriel Kahane nous consolerait presque un tout petit peu...

Légende du visuel principal:
Gabriel Kahane © Getty / Erika Goldring
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.