Ce matin, Portland, Oregon est à l’honneur avec un de ses meilleurs groupes : The Delines. Il y’a delight, délice, une analogie sonore en tout cas qui annonce une régalade, et ma foi, la promesse est tenue.

Un vieux son tranquille qui nous enveloppe tout de suite

Un son fat, on dit ça entre musiciens, gras, bien posé. Quand tu dis, wahoo, fat le son, c’est que le gars il vient de te lâcher une exclu, genre qu’il va démissionner de son ministère en direct. Ça c’est fat, et c’est fait aussi..

Le son de The Delines, on a l’impression de le connaitre depuis toujours, comme un son surgi d’un vinyle endormi. 

C’est la magie du coup de foudre, love at first sight, dit-on en anglais. Là c’est, love at first sound, l’amour au premier son, on sait dès les premières secondes que ça va être bon. Pourquoi ?

Ben, grâce à la voix d’Amy Boone pardi … 

Il était une fois un songwriter

Un écrivain de chansons, doublé d’un vrai romancier qui avait un faible pour les petites légendes crépusculaires. Lorsqu’il entend la voix d’Amy Boone, il se dit qu’il a trouvé l’interprète idéale pour chanter ses jolies histoires dépressives qu’on adore du côté de Portland, Oregon, et il décide illico de faire un groupe avec elle, les Delines. Quand un cow boy a le blues, il lui faut une voix de patronne pour le consoler, une voix qui en a vu des histoires, comme celle de Billy Joe Mac Allister qui il y a bien longtemps,  sauta à Chaktaw ridge dans les eaux de la Tahallachie, mais ça, c’était Ode to Billie Joe, et c’était Bobby Gentry qui le chantait, avec le même feeling qu’Amy Boone aujourd’hui...

La country soul, ce genre improbable

Oui, c’est ce mélange heureux et inédit né à Memphis, dans les studios de la stax, dans les années 60, à l’époque ségrégationniste entre des musiciens noirs et blancs, entre le blues du delta et la country des terres du milieu, et qui produisit entre autres Ottis Redding ou Dusty Springfield.

La country soul ça vous console un mec qui vient de se faire larguer à grandes léchées de steel guitar, cette lyre métallique que l’on pose sur ses genoux et qui hurle comme un loup lorsqu’on la caresse avec un bottleneck.

La country blues, ça raconte des segments de vie ratée, comme cette fille qui découvre les cicatrices sur le front de son amoureux sorti de prison et qui évoque avec lui les années gâchées. 

  • Légende du visuel principal: Amy Boone de The Delines © Getty / Burak Cingi
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.