Ce matin, un mariage étonnant, la 7ème Symphonie de Beethoven jouée façon Rumba cubaine par un pianiste américain Joachim Horsley

Extrait Beethoven in Havana 

10 millions de vues sur Internet..

Spectaculaire et jubilatoire. Beethoven aurait adoré, c'est ça la musique, jouer avec, la décliner au lieu de la figer dans le temps..

Bon, tout commence avec les Yorubas. Les Yorubas sont un grand groupe ethnique d'Afrique, présent au Nigeria, au Bénin, au Ghana, au Togo, et en Côte d'Ivoire. Ils sont un peu les masters des tambours en Afrique.
Il faut dire qu'ils les empilent par trois les tambours, leur mettent des peaux de chaque côté du fût,  et pour ainsi dire font de véritables mélodies à 6 notes tout en vous faisant vibrer le fondement, et là vous partez direct dans la stratosphère..

Quand ils seront déportés aux Amériques, les Yorubas vont donner naissance à la musique afro cubaine

Mais la musique afro cubaine ce n'est pas que le rythme, ce sont aussi des richesses harmoniques inégalées, pratiquement des fugues à 4 voies. C'est quoi une fugue à 4 voix ? C'est le summum du contrepoint. C'est quoi le contrepoint ? C'est l'art d'arranger une mélodie en en créant une deuxième, qui va s'imbriquer à la première de manière horizontale, comme deux serpents qui s'enlacent, ça fait des nœuds et des ventres, quand l'un descend, l'autre monte. Une fugue à 3 voies, c'est trois serpents qui s'enlacent, une fugue à 4 voies, c'est quatre serpents.

Et bien le piano cubain, ce sont 10 doigts qui deviennent comme autant de danseurs, nécessitant un cerveau d’une rigueur pytagoricienne pour coordonner tout ça..

Joachim Horsley est américain, mais surtout, il a les oreilles grandes ouvertes

Il joue le classique, le jazz et la pop avec autant de bonheur que de savoir faire.
Quand il entend la rumba cubaine, il découvre un nouveau continent musical. 

Et comme il aime réunir ce qu'il aime, il nous donne une lecture  de la 7ème de Beethov avec cette rythmique de déglingos qui nous réjouit les neurones.. 

André, vous pensez que Beethoven aurait aimé l'exercice ?

Mais bien sur Nicolas, c'était un jazzman Beethoven, il improvisait 80% de son répertoire quand il donnait des concerts de piano solo. Alors pour les privilégiés de parisiens, Joachim Horsley joue ce jeudi 15 février aux Folies Bergères, et pour les autres, il sort son album dès Septembre sur une grosse major, en attendant on peut le voir sur le net en tapant :

Beethoven in la Havanna ...

Comme ça, une fois n'est pas coutume, pour la Saint Valentin, vous ferez danser votre chéri(e) sur du Beethoven. Caliente !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.