Ce matin vous nous présentez le groupe Animali qui nous vient de Lyon et nous ramène au temps flamboyant de la pop anglaise…

Genetic Bomb 

Le titre s’appelait Genetic Bomb, voilà qui nous ramène à la dimension visionnaire de la musique. Sans verser dans un Nostradamisme de pacotille, on peut simplement constater que le musicien capte l’air du temps, le restitue immédiatement, et le petit air de rien peut devenir soit le grand air de Marguerite dans le Faust de Gounod, ou plus simplement une chanson. Et si certains disent, celui-là, ne manque pas d’air, c’est parce que l’air du temps demande un temps plus long avant de se densifier, se stratifier et structurer les fondations d’une société. C’est la thèse de Jacques Attali, découvreur de talents et musicien amateur, qui dans les années 80, établit un lien entre économie et musique, en produisant Bruits, un ouvrage qui disait que dans la musique du 18ème siècle de Mozart, on entendait les structures de la société du 19ème siècle. Animali a ceci de génial, c’est que son air du temps est vintage, il nous ramène à la bonne humeur des années 70, à l’époque où l’on servait de vraies mélodies.

Connie & Blyde

Ces derniers temps, la mélodie était devenue ringarde dans la pop, se simplifiant, se dépouillant, opposant au lyri sme débridé un minimalisme pudique et obsessionnel,  la quête du riff, cette petite cellule de quelques notes qui rentre dans la tête, les anglais appellent ça , ear worm, le ver d’Oreille .. Et tout d’un coup, ben c’est comme après une détox à base de graines de chia et de jus de gingembre, qu’est ce que c’est bon de déguster une bonne terrine de lièvre farcie aux morilles, à savoir une bonne mélodie servie avec des arrangements voluptueux et une voix à l’anglaise aux arabesques psychédélicieuses qui s’élèvent comme des volutes de bonheur  …

Able Archer 

Pas un jour sans qu’on me demande une play list à conseiller par ces temps de confinement. Et bien voilà, la play list idéale, vous écoutez tout ce qu’a produit Animali, c’est simple, joyeux, franc du collier, les mélodies sont magnifiquement alambiquées, les arrangements flamboyants et efficaces, des motifs de peinture sur soie qui vous maquillent le cœur et vous rebranchent avec la bonne humeur du temps où l’on pensait qu’on allait vers un monde meilleur, et vous allez rire, c’est peut-être le cas, on va peut être vers un monde meilleur, et il aura fallu un virus pour reseter le gourbi !

Mieux qu’un virus, le ver d’oreille, et y’en a à foison chez Animali.

L’album sort début juin, et les singles sont déjà dispos.

The acrobats 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.