Ce matin, Anrdé nous présente un album quasi thérapeutique, celui de la chanteuse Ayo, pourvoyeuses de bonnes vibrations, qui nous revient avec une succession de petits bonheurs..

La chanteuse Ayo en concert à Berlin en 2018
La chanteuse Ayo en concert à Berlin en 2018 © Getty / Frank Hoensch/Redferns

Extrait Rest assured

Rest assured…  Ça peut se traduire par, soit rassuré, ou soit assuré que… que je ne t’aimerai jamais moins, sous entendu que les trois premiers mois que dure la passion .. 

Voilà ce que dit Ayo à l’adresse de son nouvel amour, avec plein de paroles rassurantes, par exemple, lui il dit qu’il ne la mérite pas, qu’elle est trop bien pour lui, comme disait le cousin Joel de la Madeleine de Brel… En ben elle lui dit, mais mon gars, tu vaux tellement mieux que ce que tu penses de toi…

Dans cette chanson, Ayo rassure un amoureux transi. Et en passant, elle nous rassure nous aussi, et par les temps qui courent ça fait du bien d’être rassuré. Au-delà du texte, il y a dans la voix d’Ayo, une injonction, une urgence, et en même temps une sérénité roots de chamanou qui connait les plantes qui guérissent les cœurs.

Quoi qu’il en soit, elle a cette manière particulière de vous prendre au début d’une phrase et de vous embarquer sur son grand huit émotionnel en vous faisant passer par tous les stades, de l’affirmation à la supplique en passant par la consolation, de la promesse nubile, à l’injonction guerrière en finissant par l’onction maternisante.  Oh le merveilleux sous-texte qu’il y a dans la voix d’Ayo..

Extrait Royal 

Pour faire un film, premièrement une bonne histoire, deuxièmement, une bonne histoire, troisièmement une bonne histoire disait Henri Georges Clouzot.  Ayo, c’est premièrement de l’émotion, deuxièmement de l’émotion, troisièmement de l’émotion. Elle chante si simplement, que ça nous remue jusqu’aux os, à voix nue, avec quelque chose de l’abandon majestueux des sages d’Orient.

Extrait  Afro Blue

Ayo est née en Allemagne d’un père Yoruba du Nigéria. 

Les Yoruba sont le cœur de la musique africaine, leurs tambours jujus sont empreints d’une spiritualité et d’une puissance inégalée en Afrique, et leurs rythmes sont la matrice à peine exploitée de toute la musique afro-cubaine.  Sa mère est Sinti, un groupe appartenant à la famille des roms, originaires d’Inde installés en Europe au 16ème siècle et qui furent pratiquement exterminés par les Nazis..

On va donc dire qu’en terme de musique, notre chanteuse est d’extraction doublement royale. Allez, zou, à vos  plate formes,  son album s’appelle simplement, Royal …

Extrait Etre né quelque part…

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.