Ce matin, un joyau d'inspiration arabo andalouse qui nous vient de Valence en Espagne : le groupe Nes !

La chenteuse Nes avec son violoncelle. Capture d'écran du clip vidéo "NES Ahlam (nesmusicband)" sur sa chaîne youtube "Nes"
La chenteuse Nes avec son violoncelle. Capture d'écran du clip vidéo "NES Ahlam (nesmusicband)" sur sa chaîne youtube "Nes"

À l'heure des haters, à l'heure des clivages plus forts que jamais déchirant nos sociétés, à l'heure du bruit tonitruant annonçant des invasions apocalyptiques, j'ai trouvé Nicolas, une bonne nouvelle, j'ai trouvé une pythie qui nous annonce que l'espoir n'est plus un vain mot dans un monde ou règnent pourtant Trump, Poutine, el-Assad, Orbán et Erdogan.. 

Une fois de plus, la lumière vient de l'Orient , elle est portée par la voix d'une femme, une magicienne qui pulvérise les peaux de saucissons que nous avons dans les oreilles pour nous faire entendre la beauté du monde.

Cette femme, cette prêtresse, cette érudite, cette artiste, cette voix, elle s'appelle Nes, Nesrine Belmokh...

Nes, telle une divinité protéiforme, prend plusieurs apparences, celle d'une émule de Rosptropovich, pour switcher soudain chanteuse soul, puis envoûteuse façon Oum Kalsoum 2.0...

Cette franco-algérienne née en 1982 apprend le violoncelle au conservatoire de Marseille dès l'âge de 11 ans et remporte plusieurs prix. Les grands maîtres la prennent sous leur aile jusqu'à ce que Zubin Mehta puis Lorin Maazel la dirigent dans l'Orchestre de la Reine Sofia, à Valencia, en Espagne.

Parce que Nes joue du violoncelle avec toute la science de l'Occident et tout le charme de l'Orient...

Cet intrument, dont on dit qu'il se rapproche de la voix humaine, retrouve sous ses doigts la grâce des inflexions arabo-andalouses qui mêlent le mineur et le majeur, et nous font ressentir le trouble réconfortant  de la mélancolie heureuse. 

Une petite leçon d'Arabe ?

L'album s'appelle Ahlam : "Ahlam", ça veut dire rêve. Le rêve d'une Méditerranée apaisée ? 

Bergson disait que pour assimiler un peuple, il faut apprendre sa langue. Tous ceux qui souhaitent l'assimilation doivent donc se rendre à l'évidence, il va falloir s'y mettre.

Allez Nadine, Marine, Brice et Nicolas, on répète avec moi : Ahlam, le rêve.. 

Au fond on a tous le même rêve, mais seuls les musiciens en ont la clé... Faut bien qu'on ait quelques avantages, nous autres intermittents du spectacle.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.