Ce matin vous nous présentez un trio "Onefoot", qui brasse tellement d'influences qu'on ne sait plus sur quel pied jazzer...

Oui Nicolas, les fans des jeux vidéo des années 90 vont reconnaitre ces sons..  Pour les autres, on a tous eu un petit neveu qu'on voulait piler avec sa console en priant pour que nos propres enfants soient épargnés par le fléau Atari.. Et justement, ce morceau s'appelle Atari Shock..

Extrait Atari shock  

Onefoot, en un seul mot, c'est le trio d'un pianiste de 22 ans, Yessaï Karapetian, du CNSM de Paris. Depuis que le jazz est enseigné dans nos conservatoires, on a des musiciens mutants à la technique implacable au service de l'improvisation, qui vont puiser leur inspiration dans les sons de leur enfance, et voilà des virtuoses qui intègrent dans leur jeu le comportement des machines, bricolant les sons de vieilles consoles de jeu, inventant une sorte de Jazz Game qui reconnecte la musique électronique à la pratique jazzistique de leur instrument..

Extrait Mektonised 

Comment pourrait-on qualifier cette musique ovniesque?

Il y a des mots pour tout, Nicolas, le champ lexical de la musique est aussi vaste que les nouvelles pratiques qu'elle engendre : On peut dire que c'est du jazz "youth oriented", orienté jeune, dans la lignée de Go Go penguin, trio anglais où le batteur joue des loops et le pianiste et le bassiste n'ont pas peur de camper sur deux accords pendant 15 mn... Il y a aussi du dub step dans Onefoot, un rythme né dans les années 90 au sud de Londres. Bref, la techno invente sans cesse de nouvelles musiques et quand les musiciens s'en emparent pour les recréer manuellement, on peut dire que c'est la musique qui gagne à la fin.

Extrait Fallen Angel

Alors bien sur, on pense au jazz rock, cette musique née au Etats Unis à la fin des années 70 et qui mélangeait des ryhtmiques binaires sur des solos électriques au lyrisme légèrement pompier. Onefoot, c'est un peu la rencontre entre les  Daft punk et Chick Corea, c'est Brad Mehldau qui aurait mis la cape de Rick Wakeman le clavieriste flamboyant de Yes, c'est Georgio Moroder qui rencontre Mario Bros, Saint Preux qui jame avec Vangelis Papatanassiou..

Et puis c'est aussi un pianiste arménien qui se souvient de ses origines..

Extrait Garun A 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.