Ce matin, Rone, le musicien le plus érudit de la scène électro, nous présente sa vision d’un nouveau monde avec son dernier album « Room with a view »..

Solastagia

La musique est le dernier espace de magie dans nos sociétés déritualisées. Et curieusement, les dépositaires de cette magie ancestrale, sont les tenants de l’électronique. Le mystère des vibrations sonores date de l’âge des cavernes. On sait maintenant que le son était associé aux peintures rupestres dans un processus chamanique en adressant des incantations aux animaux représentés pour demander leur pardon suite au transfert d’énergie qui allait avoir lieu lors de la chasse.. En gros, on les prévenait en chanson qu’on allait les bouffer... Plus tard le sorcier avec son tambour, invoque les esprits de la nature pour demander la pluie ou éloigner les maladies. Lui seul était investi de ce pouvoir de communication avec l’au delà grâce à son instrument, qui devenait tabou. Le pouvoir au bout de la flûte.  Plus tard encore, les moines inventent la portée pour tenter de réguler ce flux énergétique sans précédent qui transporte les hommes dans un état proche de l’Ohio.
Plus tard encore, quand Beethov improvise sur scène, les filles s’évanouissent tant le lascar est un champion de l’ascenseur émotionnel. Et puis on s’habitue à ces miracles, il en faut des nouveaux. Aujourd‘hui, les électro boys sont les nouveaux champions du son. Parmi eux, Rone qui, avec ses textures inouïes, ces sons qu’il bricole à sa guise et à son gout sur, nous fait visiter des contrées inconnues en nous donnant un avant-goût du galactique

Room with a view 

Rone, inspiré par l’idée que l’Art agit sur nos perceptions  et nos pensées plus profondément que la science et l’information, a monté en musique un dialogue entre l’écrivain Alain Damasio et  le scientifique Aurélien Barrau sur l’avènement d’un nouveau monde.

Nouveau monde 

Les vrais créateurs d’aujourd’hui, c’est les électro. Ce sont eux qui continuent la trace des baroques du 17ème, des classiques du 18ème, des romantiques du 19ème siècle, des dodécaphoniques du 20ème siècle, pourquoi ? Parce qu’après avoir essayé tous les assemblages de notes, pour innover, il a fallu inventer de nouvelles textures sonores. L’électricité a permis ça, et les électro, ils passent leur temps à chiner les sons, à essayer, à bricoler, à revenir d’une certaine manière à l’essence de la musique, à la source de la vibration. L’inspiration du projet de Rone est un spectacle qu’il a fait avec la Horde, collectif de danse Marseillais, avec en toile de fond un débat sur la collapsologie, la nécessité de créer un nouveau monde. Puisque nous faisons tous partie du problème, nous faisons tous partie de la solution nous dit Rone. Cet album a été conçu en 2019. Quand je vous dis que les musiciens ont toujours une longueur d’avance !...

Human 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.