Ce matin, vous nous présentez la voix somptueuse de la chanteuse Robin Mc Kelle, qui sort son 7ème album, "Melodic canvas"...

Extrait Do you believe 

L'art vibratoire et magique du Gospel...

Depuis Saint Paul et son sinsitre commandement biblique : "Que les femmes se taisent dans les assemblées.", les femmes, sont exlues du culte chrétien. Alors pour exprimer leur pouvoir spirituel, elles n'ont parfois eu comme recours, que la voie des sorcières ... 

Mais au dix neuvième siècle, aux Etats Unis, la rencontre des protestants avec les esclaves africains, va remettre la femme au choeur du débat, et la voix féminine dans le choeur des chanteurs, et même devant le choeur, à la place du soliste.

Dans Do you believe, Robin Mc Kelle adopte l'anti gospel.. Elle fait part de ses doutes,  elle interroge la foi, avec l'audace de celle qui pratique la vérité comme morale et le chant comme expression.

Extrait Swing Low 

Robin Mc Kelle est une chanteuse qui a la science, la science et le feeling, deux ingrédients qui peuvent parfois être contradictoires. 

Car le paradoxe de l'improvisation, c'est qu'il faut connaitre chaque recoin des douze tonalités et des 7 modes, ce qui fait au total 84 gammes, qu'il faut parcourir dans tous les sens et tous les tempos, à l'endroit, à l'envers, en boucle, pour qu'on puisse enfin un jour se mettre en mode pilotage automatique et affronter toutes les variations et les intempéries du paysage sonore dessiné par ses partenaires.

Et justement, Robin Mc Kelle avant de composer son dernier album, s'est retrouvée sur scène avec les compagnons les plus virtuoses et téméraires du genre autour du génial pianiste Danilo Perez, qui l'ont obligée en quelque sorte à repousser ses limites..

Extrait Simple man 

La technique, elle l'a étudié à la Berklee school of music, à Boston, la meilleure école de jazz du monde..

Mais l'inspiration? Ça, c'est une autre histoire..

Dans la cartographie imposée par les lois de la tonalité, pour dessiner un itinéraire original et trouver son chemin, il faut désapprendre tout ce qu'on a appris, et puis fermer les yeux, lâcher prise, accorder sa vibration à celle du monde, et dans un premier temps aux lascars de musiciens qui vous entourent..

Renouer avec la simplicité des trois accords du blues. 

Ça elle sait faire Robin Mc Kelle..

Les sons filés, avec un voile posé sur la voix, à la brésilienne, elle sait faire aussi.. Qu'elle scatte, et on la compare à Ella, chacune des  phrases de son solo est une mélodie..

Il faut être musicienne pour entendre les qualités d'un accord, un peu sorcière pour se glisser dans les harmonies et déjouer les pièges, un peu équilibiriste pour frôler les dissonances et se rattrapper le ton d'après, visionnaire pour taquiner les tensions sans se perdre, et enfin un peu mystique pour se brancher avec la pulsation du monde.
Voilà, quand on a tout ça, on peut prétendre rivaliser avec Robin Mc kelle, mais sans aucune chance d'y parvenir  bien sur...

Extrait It won't end up 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.