À l'occasion du tri centenaire de la Nouvelle-Orléans, Cecil L. Recchia, une chanteuse française, rend hommage à la ville qui est le berceau du jazz ...

Le jazz, une invention française !

28 Juillet 1794 : Robespierre est exécuté. Ce coup de guillotine va changer la face du monde musical, aussi fort que le mp3. Le lendemain même, c'est l'euphorie dans Paris, mieux que la coupe du monde, tout le monde sort pour fêter la fin de la terreur. Les jeunes, attifés de costumes extravagants inventent une danse provocante :  le quadrille des Tuileries.

La bourgeoisie parisienne, après s'être offusquée, adopte cette danse, et l'exporte dans ses colonies. En Louisiane, elle fait mourir de rire les esclaves africains qui en imitant leurs maîtres avec des guenilles, font bien rire à leur tour ces derniers qui décident d'organiser une fois par an, un  genre de team building : le couple d'esclaves le plus drôle se verra remettre... un cake confectionné par la patronne (on allait pas non plus leur donner du pognon !).

Le quadrille des tuileries est rebaptisé cake walk, la marche du cake, qui va se renommer dans les bordels de la Nouvelle Orléans ragtime, rythme des déguenillés, le ragtime va donner le jazz. Mesdames et messieurs, le jazz est donc une invention française !

Jean Baptiste Mouton, américanise son nom en Jelly Roll Morton, le jelly roll étant un gâteau allongé et roulé que devait sans doute évoquer une partie de son anatomie, Jelly Roll Morton donc, va être un des pianistes compositeurs les plus prolifixes de ce nouveau courant musical que l'on appelle le jazz hot.. Jazz hot, comme les hot peppers, son groupe qui l'accompagne.. 

Alors si le jazz est chaud, c'est peut être parce qu'il est né dans les établissements les plus chauds de la Nouvelle Orléans..

D'où vient le mot "jazz" ? 

Parmi les nombreuses étymologies, en voici une qui me plaît beaucoup : dans les maisons de joie, où cette musique est née, la musique était si bonne, que parfois les clients oubliaient de monter voir les filles. Celles-ci descendaient alors en les vaporisant d'un parfum de jasmin venu de Paris, en disant : Jasmin, Jasmin...

Tout ça se passe à la Nouvelle-Orléans à la fin du XIXe siècle. Une des musiques les plus riches du monde, la plus mêlée, la plus bigarrée, avec du vaudou béninois, des rythmes caraïbes, des influences espagnoles, un rythme français, vous collez par dessus la ferveur religieuse, des esclaves qui voient en Moïse et Jésus des libérateurs, et vous obtenez... le jazz, cette musique magnifiquement chantée par Cécil Recchia, que les Parisiens pourront entendre le mardi 9 octobre, au Sunside, à Paris..

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.