Hommage à Django Reinhardt par quatre jazzmen dans le vent : Bastien Ballaz, Jon Boutellier, Fred Nardin et David Enhco. Après "Pierre et le loup", et "Le carnaval jazz des animaux", ils s'attaquent à l'oeuvre du guitariste virtuose.

Extrait Nuages 

C'est Didier Lockwood que l'on vient d'entendre en guest au violon.

Les fondateurs du Amazing keystone big band, quatre jeunes jazzmen dans le vent. Bastien Ballaz, au trombone, Jonathan Boutellier, au sax, Frédéric Nardin au piano et David Enhco à la trompette, ne partent pas avec tous les atouts dans leur manche :   Vous connaissez la différence entre un guitariste de rock et un guitariste de jazz Nicolas ? Le rocker connait trois accords qu'il  joue devant trois mille personnes, le jazzman connait trois mille accords qu'il joue devant trois personnes..

En plus de ça, au 21 ème siècle, créer un Big Band, c'est un peu comme vouloir monter une messagerie sur le modèle de l'aéropostale avec des coucous de la première guerre mondiale. 

Et ben contre toute attente, ça marche !! Le Keystone Amazing Orchestra joue sans arrêt, ce qui fait que les musiciens sont tellement soudés qu'ils ont développé un super son. Mais comment est ce possible?

Extrait Minor Swing 

Si ce big band joue autant, c'est que ses fondateurs ont honoré leur première commande, non sans hésiter : adapter en jazz Pierre et le Loup, que Prokoviev écrivit  en 1936 pour familiariser les enfants aux instruments de l'Orchestre symphonique. Et les voilà dans ce projet pédagogico musical avec comme récitant Denis Podalydès et à la clé, un nombre impressionant de concerts donnés dans toute la France pour les enfants l'après midi et les grands le soir.

Cette fois ci, c'est à Django Reinhardt qu'ils s'attaquent..

Extrait  Djangology

Oui le maestro Django aurait adoré ce projet avec le Amazing Keystone Orchestra..

Parce qu'il avait déjà joué avec un big band mais ça ne s'était pas bien passé.. Pourtant tout partait formidablement bien. 

Hiver 1947, New York,  à Carnegie Hall, l’affiche dont tout soliste rêverait : « Duke Ellington avec le concours exceptionnel du plus célèbre guitariste du monde, Django Reinhardt ».

Mais voilà , au quatrième morceau, Django n'est toujours pas sur scène. Duke prend le micro, se racle la gorge et annonce: « Pour des raisons indépendantes de ma volonté, le célèbre guitariste français Django Reinhardt n’a pu venir ce soir sur cette scène. Je vous prie de nous excuser... »

On l'a vu dans un bar avec Marcel Cerdan, qui boxait à New York , on a dit qu'il était mécontent de sa guitare américaine, on a dit, on a dit, mais il faut écouter Guillaume Gallienne raconter Django avec le Amazing Keystone Orchestra dans la version pour enfants, idéale pour les initier au jazz, Mr Django et Lady Swing, et peut être on aura une idée de la vérité, qui comme un solo de Django, est insaisissable..

Extrait Manoir de mes rêves

Ils seront en concert les 10 et 11 mars Salle Pleyel

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.