Paris, les années trente. Max Ophuls tourne Divine en 1935, La Tendre ennemie en 36, Yoshiwara en 37, Le roman de Werther en 38, Sans lendemain en 39… Marcel, lui, est devenu français, mais comprend ce que signifie d’être le fils d’un réfugié juif. Les nouvelles d’Allemagne ne sont pas bonnes. L’action française et les ligues d’extrême droite font du bruit jusque dans les écoles. L’inquiétude gagne les Ophuls à Paris. Et Max, entre deux tournages, qui se demande s’il ne serait pas raisonnable que son fils devienne catholique, fomente le baptême et la communion tardive du petit Marcel. On ne sait jamais… Pendant quelques années, dans la foulée de ces cérémonies, Marcel décide de croire en Dieu.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Marcel Ophuls, sa vie, son oeuvre, son siècle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.