La famille Ophuls est installée en France depuis 7 ans. La mobilisation générale sonne alors que Max termine le tournage de Mayerling à Sarajevo. En 1940, il raconte dans ce film les débuts de la première guerre mondiale alors que la seconde est en train de commencer. Ses acteurs, ses techniciens le quittent au fur et à mesure que leur classe est appelée au combat. Il termine son film comme il peut, avec les moyens qui lui restent. Et puis comme il a été récemment naturalisé français, lui aussi doit enfiler l’uniforme.

Au début duChagrin et la pitié , Marcel Ophuls rappellera l’invasion Allemande, la drôle de guerre, la défaite française, l’exode des populations… A l’époque, il a 13 ans. Aujourd’hui, il se souvient notamment des moments passés dans la voiture de son père, occupé à fuir depuis l’avènement de Pétain. Il ne sait plus s’il avait la trouille ou pas, mais se rappelle très bien qu’il faisait un temps splendide…

Les références
L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Marcel Ophuls, sa vie, son oeuvre, son siècle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.