La famille Ophuls est installée en France depuis 7 ans. La mobilisation générale sonne alors que Max termine le tournage de Mayerling à Sarajevo. En 1940, il raconte dans ce film les débuts de la première guerre mondiale alors que la seconde est en train de commencer. Ses acteurs, ses techniciens le quittent au fur et à mesure que leur classe est appelée au combat. Il termine son film comme il peut, avec les moyens qui lui restent. Et puis comme il a été récemment naturalisé français, lui aussi doit enfiler l’uniforme.

Au début duChagrin et la pitié , Marcel Ophuls rappellera l’invasion Allemande, la drôle de guerre, la défaite française, l’exode des populations… A l’époque, il a 13 ans. Aujourd’hui, il se souvient notamment des moments passés dans la voiture de son père, occupé à fuir depuis l’avènement de Pétain. Il ne sait plus s’il avait la trouille ou pas, mais se rappelle très bien qu’il faisait un temps splendide…

Les références
L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Marcel Ophuls, sa vie, son oeuvre, son siècle
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.