Après le succès du Chagrin et la Piti é, André Harris et Alain de Sedouy voulurent, sans Marcel Ophuls, en tourner la suite. Ce sera Français, si vous saviez …, qui surfe sur la vague. Mais sans Marcel Ophuls, le film tombe dans la formule et dans l’oubli. Ophuls, lui, réalise coup sur coup A la recherche de mon Amérique et Sens of loss . Portrait formidable de l’Amérique du début des années 70, le premier de ces documentaires est aussi un autoportrait de son auteur revisitant son deuxième pays d’adoption. Le second, Sens of Loss , ou en Français « A ceux qui perdent » , enquête sur la guerre entre le pouvoir anglais et l’IRA, journal de voyage en Irlande du nord centré sur les morts des deux camps. A partir de 1973, Memory of Justice est son grand chantier. Le fil rouge de ce film de 5 heures est fourni par les images du procès de Nuremberg. Réalisé où l’actualité du monde est encore polarisée par la guerre du Vietnam, le documentaire s’interroge sur les crimes de guerre et la justice qui vient après…

Les références
L'équipe
(ré)écouter Marcel Ophuls, sa vie, son oeuvre, son siècle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.