e procès de Klaus Barbie devait être au cœur d’Hotel Terminus , il en constituera le long épilogue, au terme d’une enquête qui aura épuisé Marcel Ophuls. Le procès se tient en effet à Lyon, en 1987, après plusieurs années d’un tournage haché, difficile, après des mois de montage où il a déjà fallu organiser une matière colossale, fournie par des dizaines et des dizaines d’entretiens. Ce film fleuve aura rendu sombre et déprimé son auteur, qui répètera souvent qu’il constitue l’un de ses pires souvenirs – « Le film le plus malheureux de ma vie » dit-il. Son achèvement (hôtel Terminus content quelques unes des plus belles séquences de son œuvre) et sa reconnaissance (le film obtient l’Oscar du meilleur documentaire en 1988) ne consolera pas vraiment Marcel Ophuls, qui évite de le revoir ; mais il aime répéter que Godard tient son portrait de Klaus Barbie « dans son temps » comme un chef d’œuvre….

Les références
L'équipe
(ré)écouter Marcel Ophuls, sa vie, son oeuvre, son siècle Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.