Avant la candidature, Emmanuel Macron a un plan ! Un plan d’investissement, France 2030, qu’il détaillera mardi prochain à l’Elysée. Il s'agit de préparer les champions industriels de demain. L'occasion, aussi, de reprendre la main sur l'agenda politique de cette pré-campagne.

Aucune nation industrielle ne peut se développer sans ordinateurs : il est essentiel qu'une industrie nationale française puisse affronter la concurrence." (Michel Debré, le 14 avril 1967)

Ce défi, désormais, est de changer d'échelle : bâtir la France de 2030." (Emmanuel Macron, le 12 juillet 2021)

54 ans les séparent, mais la philosophie est la même. En 1967, Michel Debré, ministre de l’économie, lance le plan « calcul », pour doter le pays d’ordinateurs tricolores. Le 12 juillet 2021, depuis le Grand Palais Ephémère, Emmanuel Macron dessine la nouvelle France industrielle.

L’Etat stratège, l’Etat providence, l’Etat planificateur et souverain… La crise sanitaire est passée par là, et ce paradigme revient en force dans la campagne. Après les 100 milliards d'euros du plan de relance, place aux 30 milliards (ou presque, le montant final n'est pas encore arbitré) du plan d’investissement.

Encore une pluie d’argent magique ? Attention, prévient Bruno Le Maire, à Bercy, ne confondez pas tout. La relance irriguait tous les domaines. L’investissement, lui, sera ciblé sur les secteurs d’avenir, là où peuvent émerger les champions de demain. On pense à la batterie, à l’hydrogène, aux semi-conducteurs, aux biotechnologies. Cela veut dire aussi mettre le paquet sur la recherche en intelligence artificielle et, choix clivant assumé, sur le nucléaire et les réacteurs nouvelle génération.

Quant aux 30 milliards, ce n’est pas d’un coup ! Ce sera au fil des budgets, sur plusieurs années, en fonction des projets qui mériteront ce coup de pouce de l’Etat.

Avec son plan, Emmanuel Macron investit aussi le champ politique…   

Car lui aussi, il prépare son avenir. C’était la grande interrogation à l’Elysée ces derniers mois : comment parler d’un deuxième quinquennat avant même d’avoir fini le premier, comment projeter les Français sur une suite sans se laisser enfermer dans un bilan… Depuis Jospin, tout le monde sait qu’on ne gagne pas sur un bilan.  

Alors, ce plan, ça permet aussi de dire : regardez, il n’y a pas de fatalité, arrêtez d'écouter les déclinistes. On va inventer les emplois de demain.

Et donc deuxième effet attendu de France 2030 : reprendre la main sur l’agenda politique. Car pendant les mois les plus durs de la crise Covid, Emmanuel Macron était au centre de tout, audiences record, on écoutait le chef de guerre décider de notre quotidien. Allions-nous être 6 et masqués à table pour le réveillon ?

Plus l’épidémie régresse et plus l’agenda est grand-remplacé ! Avec France 2030, Emmanuel Macron espère au moins régénérer 2022. Sans être candidat, lui non plus, pas encore, mais en ayant un récit, un « narratif », comme disent les communicants, à opposer à ses adversaires.