Ce soir, on tricote et on détricote les tabous liés à la sexualité, le droit au plaisir et l’échangisme, avec l’auteur de bande dessinée Jean-Louis Tripp.

Le droit au plaisir.
Le droit au plaisir. © Getty / Hiroshi Watanabe

C’est un des effets inattendus produits par la crise sanitaire. Voir à l’écran des acteurs s’enlacer, s’embrasser, ou faire l’amour nous fait désormais horreur. Un peu comme les enfants s’étranglent quand leurs parents se galochent. Le phénomène est très sérieux. Au point que les neuroscientifiques l’analysent désormais : A force d’entendre que quand on aime ses proches, on ne s’approche pas trop, la moindre scène de cul transgresse un tabou sanitaire, voire moral.

Si on peut espérer qu’une fois la pandémie derrière nous, on pourra à nouveau regarder une étreinte sans froncer le nez, la sexualité fait toujours frémir quand elle est racontée crûment. Les images de l’amour et du sexe seraient choquantes, impudiques, honteuses, sales et dégradantes. C’est en tout cas ce que déplore mon invité. 

Dans sa bande dessinée « Extases », il montre cash les alternatives joyeuses et consenties à l’exclusivité sexuelle. Elles sont nombreuses et elles sont aussi nommées. L’échangisme, le libertinage, le candaulisme, la polyamorie. Oui, mais ça n’est pas parce que le vocabulaire pour décrire le sexe s’est enrichi qu’on en parle plus librement et sans être un peu faux-derches. Est-on capable de parler de sexe comme d’une chose naturelle et normale ? Quelles sont les vertus, les codes, les plaisirs, de la non exclusivité sexuelle?

Ce sont quelques-unes des questions que l’on va aborder ce soir avec le dessinateur et scénariste de bande dessinée Jean-Louis Tripp, auteur d’une autobiographie jouissive et réjouissante. 

=> LIRE | « Extases » de Jean-Louis Tripp, une joyeuse introspection sexuelle

Jean-Louis Tripp

Dessinateur et scénariste.

Nous le connaissons pour sa collaboration avec Régis Loisel à la fantastique série « Magasin général ». Mais c’est seul et avec une certaine audace qu'il publie la série de BD « Extases » . Le tome 1, « Où l'auteur découvre que le sexe des filles n'a pas la forme d'un X » est paru en 2017, et le tome 2  « les montagnes russes »est sorti il y a quelques mois, chez Castermann.

« extases », c’est pas un livre de cul, c’est  un livre avec des culs 

S'aimer comme on se quitte, la chronique de de Lorraine de Foucher

Le premier et le dernier jour dans la vie d’un couple d’amoureux. Le premier parce que tout s’y joue, le dernier parce que tout s’y perd.Aujourd'hui Lorraine de Foucher, journaliste au Monde, nous raconte l'histoire deThibault, 32 ans. Lors de son premier jour, il a 17 ans. Et l’âge a son importance dans cette affaire...Pour vos témoignages : premierjourdernierjour@gmail.com. A lire ici dans sa rubrique du Monde.

La note vocale

Chaque semaine, un auditeur nous confie par téléphone ce qu’il fait pour se consoler : le film, l’activité, l’appel à un ami ou encore la vidéo de chaton qui réconforte. Aujourd’hui c’est Claire qui nous parle des vertus de la voix et d’une bonne grosse chialade sous la douche. 

Vous aussi laissez-nous votre note vocale, racontez votre consolation sur notre répondeur 01.56.40.28.10 Vous pouvez aussi nous écrire via les réseaux sociaux ou sur l’application mobile d’inter. 

La programmation musicale

  • Raphael,Maquillage bleu
  • James Blake, are you even real 
  • Teardrops,Womack & Womack .

L'amour de l'art

Chaque semaine, une personnalité se confie a propos d’un livre, d’un film, d’un roman qui fait battre son cœur. 

Ce soir, c’est une chanson qui fait chavirer la réalisatrice et autrice de bande dessinée, Marjane Satrapi. Une chanson iranienne "marobebou", embrasse-moi en français.

Merci encore Jean-Louis Tripp. Je rappelle le nom de vos deux dernier ouvrage « extases »le tome 1, « Où l'auteur découvre que le sexe des filles n'a pas la forme d'un X », et le tome 2  « les montagnes russes », tous les deux publiés chez Casterman et à mettre entre toutes les mains, ou presque. _

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.