Les rencontres amoureuses

Portrait de la scénariste et réalisatrice, Rebecca Zlotowski
Portrait de la scénariste et réalisatrice, Rebecca Zlotowski © Getty / Dominique Charriau/WireImage

Avant de recevoir mon invité, vos appels et témoignages, un mot personnel et subjectif : pour vous recommander un article injustement passé inaperçu. 

Mais qui va garder les bouquins ? C’est la question que pose Paul B. Preciado dans le quotidien Libération, cette semaine, dans un texte joliment titré « un amour de bibliothèque ». Le philosophe y raconte, avec un érotisme et une gourmandise folle comment chaque relation amoureuse nous fait faire de la place sur nos étagères. Etre en couple, c’est se prêter des bouquins, s’en conseiller, s’en offrir. 

S’installer à deux, c’est ensuite partager un bail, des factures, négocier le nettoyage hebdomadaire de la caisse du chat à pierre feuille ciseaux. C’est aussi se fabriquer une bibliographie conjointe. Sans aucun snobisme je le sais, parce que j’ai vécu deux ans avec un mec dont la seule contribution à l’étagère Billy conjugale s’est résumée à un catalogue Ikea et un fascicule d’installation Excel pour Windows.

Cette idée, que faire couple c’est faire bibliothèque commune est un impensé de la vie amoureuse. La poésie de la chose s’arrête souvent avec la rupture. Se quitter, se séparer, déménager, c’est aussi avoir à se poser des questions moins romanesques : comment se partager les livres ? Qui a payé le dernier Goncourt ? Rends-moi mon Virginie Despentes, et carre-toi tes Rougon Macquard là où je pense. 

On continue à tourner les pages de la rencontre, de la conjugalité et du lien amoureux, pendant les deux prochaines heures : le standard est ouvert 01 45 24 700

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.