Zabou Breitman et Antonin Chalon interprètent des extraits de « Moman 10 FOIS » de Jean-Claude Grumberg (éditions Actes Sud)

Moman
Moman © Radio France

"Moman !" - ainsi commence chacune des saynètes entre une mère et son fils qui se trouve confronté à la peur, à l'ennui, à l'amour, au chagrin.... bref à la vie. 

Derrière les sollicitation du petit se cachent des préoccupations universelles : l'absence du père, la guerre, la pauvreté. sa "moman" déploie alors des trésors d'inventivité pour le faire rire et atténuer ses angoisses.

Le texte

« Maman...

Quoi encore ? 

Bobo 

Bobo où ? 

Bobo là...

Où là ? 

Oui là là oui môman

Où là là là où ? 

Pas où là là où môman, là j'te dis

Je comprends rien...

Aie aie aie ! 

Aie aie où ? 

Ouille ouillle !

Je comprends rien à ce qui me chante

Môman !

Lève-toi déjà !

J'ai mal 

T'as mal où ? 

Partout 

Où partout ? 

Partout 

Bon raccroche, la bonne a foutu le camp

Môman ?

Quoi encore ?! 

Bobo ! Ouille ! Aie aie ouille, ouille, ouille ! 

Dans quelle langue il me cause ce ouistiti ? Serait-ce du ouistiti du nord ?

Môman, j'ai mal, j'te dis, j'ai mal mal mal !

N'y pense plus. 

À quoi ? 

À quoi quoi ? 

Pense plus à quoi môman ?

Pense plus que t'as mal ! 

Je ne pense pas que j'ai mal môman, j'ai mal...

N'y pense plus, j'te dis

Aïe, aïe, aïe, ouille, ouille, ouille môman, je souffre ! 

Souffre en silence

Môman ?

Quoi encore ? 

T'es méchante 

Je sais 

T'es pas gentille

C'est exprès

Pourquoi c'est exprès môman ? 

Pour t'endurcir mon fils. 

Pourquoi faut m'endurcir ? 

Parce que 

Parce que quoi ? 

Pour vivre heureux, faut s'endurcir. Lève-toi, j'te dis 

Non

Pourquoi non ? 

Parce que 

Parce que quoi encore ? 

C'est pas ça ? 

C'est pas ça, quoi ? 

C'est pas ça que disait ton copain à toi ? Tu m'as dit qu'il disait que "pour vivre heureux, vivons couchés". 

Et d'abord, je te ferais dire qu'il ne disait pas "vivons couchés"

Quoi ? Quoi qu'il disait ?

"Pour vivre heureux, vivons cachés". 

Pourquoi il disait ça ? 

Parce que 

Parce que quoi ? 

Ça serait trop long à t'expliquer, et puis, en plus, tu ne comprendrais pas.

Oh... 

Où il est, où il est ? Il est plus sur son lit, où il est passé cet animal ? 

Je ne suis pas un animal môman...

Où t'es, t'es où ? 

Je suis caché môman ! 

Où t'es caché ?  

Si je te le dis je ne suis plus caché môman

T'es sous ton lit ? 

Tu triches... môman môman !

Je triche pas

Si tu triches, tu m'as vu me cacher sous mon lit. 

Pourquoi tu te caches sous ton lit quand j'te dis de te lever ?

Je veux être heureux môman...

Heureux ? 

Comme ton papa a dit : "pour être heureux vivons cachés".

Nan, nan, nan, nan, nan, mon pôpa à moi il a dit ça hier pour hier et aujourd'hui, c'est aujourd'hui pas hier ! 

Pourquoi c'est plus du tout comme hier môman ?

Plus besoin de se cacher pour vivre heureux ou pas, aujourd'hui, faut juste s'endurcir c'est tout !

Moi, je préfère resté caché...

T'as pas à préférer ou pas préférer, faut t'endurcir j'te dis !

Non, môman, moi, je ne veux pas m'endurcir, je préfère être heureux, couché caché comme ton papa hier. Comme toi aujourd'hui.

T'as pas le choix jte dis, hier, c'était hier, aujourd'hui, c'est aujourd'hui et demain, demain.

Comment faudra faire môman demain ? 

Pour quoi faire ? 

Pour vivre heureux, môman ?

S'endurcir, s'endurcir et s'endurcir encore !

Môman, demain, on pourra peut-être se recacher comme hier ? 

Peut-être faudra se cacher demain comme hier, mais faudra surtout s'endurcir, s'endurcir encore plus qu'aujourd'hui ! 

Moi, môman j'aime pas aujourd'hui, ni demain, j'aime hier. Et peut-être que si je me cache bien profond, profond sous mon lit, je vais rejoindre ton pôpa à toi, mon grand pôpa à moi et je vais lui dire comme ça : "salut grand pôpa à moi, c'est toi le pôpa chéri de maman chérie ? Elle t'envoie des gros bisous d'aujourd'hui d'où elle est en train de s'endurcir, et elle te dit qu'elle aime beaucoup son ouistiti adoré et que ce ouistiti, c'est moi qui vient te voir chez toi hier.

Nan, nan, nan, nan, nan, nan, nan, tu dérailles là tu dérailles.  

Pourquoi je déraille môman ? 

Hier c'est hier, aujourd'hui, aujourd'hui, demain, peut-être demain, point à la ligne terminus, tout le monde descend !

Pourquoi ? 

Pourquoi quoi encore?

Pourquoi tout le monde descend môman ? 

Parce que c'est le bout de la ligne 

Môman ? 

Quoi ? 

Tu devrais te cacher aussi sous mon lit et comme ça, on irait voir ton pôpa tous les deux et il nous raconterait encore des histoires de quand c'était sa guerre rigolote à lui. 

Ça se peut pas, ça... J'te dis que ça ne se peut pas ! T'écoutes à la fin des fins, à qui je cause ici ? Au meuble où je te parle à toi ?

Et tu me dis quoi maman quand tu me parles à moi ? 

Je dis que hier c'est hier et aujourd'hui....

....C'est aujourd'hui môman je sais... Demain, c'est demain mais tu me dis pas pourquoi c'est comme ça et pas autrement ? 

Parce que

Parce que quoi ? 

Parce que c'est comme ça depuis la nuit des temps. 

C'est quand la nuit des temps, môman ? 

Il y a longtemps, très longtemps ! Quand la terre était couverte d'étangs et de ouistitis géants

Des ouistitis géants ? 

Avec des poules dans leur poulailler qui pondaient des œufs gros comme des éléphants et des coqs de six mètres de haut qui se battaient pour l'amour des poules. 

Oh... ce que je voudrais me cacher, profond, profond, pour voir ça... 

Tu ne peux pas, ils existent plus

Môman ? 

Oui ? 

Comment c'est ? 

Comment c'est quoi encore ? 

Comment on sait quand on est heureux ? 

Comment on sait qu'on est heureux ? 

Non ! Oui ! Quand on est couché caché sous son lit, on sait qu'on est heureux ! Mais si on doit plus se cacher, comment faire pour être heureux ? Comment savoir ? 

Savoir quoi ? 

Eh bah qu'on y arrive ? 

Qu'on arrive où ? 

À être heureux môman !

Quand on est heureux, on est heureux c'est tout point à la ligne ! 

T'es heureuse toi ? 

Moi ? non

Pourquoi non ? 

Je ne suis pas encore assez endurcie faut croire. 

Comment tu fais pour t'endurcir ? 

Le matin, quand je me lève, je me donne des grands coups de torchon dans le citron et des grands coups de talon dans le popotin ! Et puis, quand j'ai bien mal, je m'empêche de pleurer en me pinçant très fort ! 

Et ça, ça rend heureux môman ? 

Très, beaucoup, surtout quand ça s'arrête, mais quand même pas assez pour être heureux tout le temps

Moi, môman je crois que je vais rester caché toute ma vie sous mon lit chéri, tu m'apporteras des raviolis. 

Pourquoi des raviolis ? 

Parce que c'est ça qui rend le plus heureux quand on est caché sous son lit.

Ça quoi ?

Ça Môman 

Ça quoi jte demande ?!! 

Des raviolis jte dis ! Manger des raviolis, coucher-cacher sous son lit. Môman le lundi, mardi, mercredi, jeudi, le vendredi et le samedi réclamer des spaghettis ah !

Lève-toi ! 

Môman ? 

Quoi encore ? 

Ça y est ! 

Ça y est quoi ? 

J'ai suis plus bobo ! J'ai plus mal ! Tu m'as guéri.

J'ai plus pensé où ce que j'avais mal. J'ai pensé qu'à être heureux comme ton papa disait et du coup mon mal est parti !

T'es docteur Môman ? 

À mes heures perdues. 

T'as fait beaucoup d'études ? 

À la campagne tout le monde sait soigner les bêtes.

J'suis pas une bête moi môman !

T'es une bête à deux pattes, la bête que j'ai faite avec ton pôpa à toi. C'est pourquoi jte connais bien et que je sais comment te soigner, mon gros lapin ! 

Tu me connais bien, môman ? 

Comme si je t'avais fait !

Quand même môman, je ne suis pas une bête...

T'es ma bête chérie à moi ! Viens que je te fasse un câlin. 

Je ne peux pas môman

Pourquoi tu peux pas ? 

Tu sais bien 

Je sais bien quoi encore ?!

Je suis caché sous mon lit. Si je veux vivre heureux aujourd'hui comme hier, je ne dois jamais sortir de ma cachette. Jamais, jamais, jamais ! 

T'es encore plus bête qu'une vraie bête ! Tu sais pas ce qui rend le plus heureux les petits garçons et les petites filles ?

Non, je ne sais pas môman, c'est quoi ? 

C'est se faire câliner par leur maman.

C'est vrai, ça môman ?

Tout ce qu'il y a de vrai, mon chéri, juré, craché, si je mens, que je sois transformé en fer à repasser ! 

T'es heureux mon chipounet ?  

Il me manque plus que des raviolis môman

Je vais t'en préparer bouge pas

Je bouge pas môman

Miam, miam, mais quand même, tu sais, je me sentais mieux caché sous mon lit. 

Tu vas pas remettre ça hein ?! 

Môman ? 

Quoi encore ? 

Rebobo môman...

Où ? 

Partout ! 

N'y pense plus 

J'y arrive plus môman...

À quoi dont ? 

À plus y penser... Je crois que c'est mon sous de lit qui m'a guéri pas toi ? 

Non, non, c'est moi qui t'a guéri. 

Aie aie ouille ouille môman, môman 

Endurci-toi endurci-toi !

Môman j'ai mal, mal mal ! 

Endurci-toi j'te dis ! 

Môman, je ne sais pas comment faire...

Endurci-toi, c'est tout ! 

Faut que je me colle des gnons dans le menton môman ?

(tapes sur les mains)

Voilà très beau début ! Va-y

Ah là là...

Ah là là quoi ? 

Ça fait mal à la main... 

Ça va tellement bien quand tu vas t'arrêter, c'est ça qui te rendra le plus heureux après les câlins

(tapes sur les mains)

Aille ouille ouille ! aie maman ! 

Ah t'as bien dit maman pour une fois ! 

J'ouvre la boite de raviolis ! 

Ouvre maman ! 

Ça yeah c'est ouvert !

Je me sens déjà mieux. C'est quoi ça môman ? 

Des tartines de saindoux, mon chéri, avant d'aller à l'école, c'est ce qu'on mange le matin. Ça tient bien au corps. 

Et quand c'est qu'on mange des raviolis ? 

Quand on revient de l'école môman ? 

Je t'en donne un pour goûter

Môman, je me sens déjà mieux ! 

Aller vite à l'école ! 

Pourquoi ?

Pourquoi quoi ? 

Pourquoi je dois vite aller à l'école et pas vite me cacher sous mon lit où je suis si heureux môman ? 

Parce que !

Parce que quoi ? 

Parce que c'est très bien l'école, surtout pour les enfants ! Vite, vite, vite. Sinon, tu vas être en retard, prend ton cartable et ton chapeau pointu. 

Pourquoi je dois mettre un chapeau pointu ?

Pour que je te reconnaisse quand je vais te chercher après l'école, et que je reparte pas avec un petit garçon que je connais même pas.

Bon môman bisou ! 

Bisou, soit heureux mon fils, pense aux raviolis ! »

Les autres épisodes de Môman

Aller loin

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.