Aujourd’hui suite et fin de notre voyage dans la cité phocéenne. A Marseille, on ne sait jamais trop où s'arrête la ville et où commence la nature.

D’où le terme de ville sauvage employé par jean Baptiste Lanaspèze qui a imaginé dans cette ville qui aurait inventé la randonnée pédestre au 19° siècle un sentier de randonnée métropolitain .

UN grand huit de 365 km d’Arles à la Ciotat que peuvent emprunter depuis Janvier les randonneurs dans cette ville où se réinvente la relation entre ville et nature.

Et n’en déplaise à la tradition rebelle de Marseille l’objectif du GR 2013 est militant. Il s'agit de renouer le dialogue entre les habitants et leur territoire.

UN livre à consulter : "Ville sauvage" de Jean-Baptiste Lanaspèze aux Editions Actes Sud

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.