La Nubie couvrait un territoire d’Assoun à Khartoum au Soudan.

Une terre gorgée d’or et de métal où vivait un peuple dont on dit encore qu’ils sont les descendants des pharaons noirs avec leur propre langue et leur culture.

Peuple du Nil par excellence , ces derniers se sont sacrifiés au nom de l’Egypte au moment de la construction du barrage d’Assouan au début du 20° siècle et surtout du Lac Nasser.

Leurs terres, leurs temples ont été pour la plupart noyés engloutis… celui d’Abou Simbel déplacé e reconstruit à l’identique grâce à l’aide de l’Unesco et plus de 60.000 nubiens ont perdu leur territoire.

Un exode violent et définitif. Certains ont fui l’Egypte, d’autres se sont retrouvés dans des villages de case de terre plus au nord ou ont retrouvé leur famille comme sur cette île Elephantine, l’ancienne capitale de la Nubie..

Une île alanguie sur le Nil plantée entre les sables du désert, le mausolée de l’Agha Khan et la corniche d’Assouan où vit encore quelques 4000 nubiens qui tentent de conserver leur culture et leur tradition , leur langue et leur mode de vie et qui ne désespèrent pas un jour revenir le long du Nil

Tous espèrent un jour revenir sur leur terre le long du Nil et l’inscription récemment de leur traditions culturelles et musicales au patrimoine de l’Unesco est pour eux un signe d’espoir…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.