Le candidat de la République en Marche à la mairie de Paris n'a pas toujours tenu des propos très courtois... et il s'en excuse

Apaisé ! Oui apaisé Benjamin Griveaux semble apaisé ! 

Le candidat de la République en Marche à la mairie de Paris a croisé ce week-end Hugues Renson, ancien prétendant à l’investiture ! 

Le mois dernier Benjamin Griveaux surement affecté par la canicule avait traité ce brave Hugues de « fils de pute ».

Ah ben quand t’as chaud tu dis des conneries c’est bien connu ! 

Bref il s’était excusé Benjamin mais hier comme il a croisé Hugues avec sa maman il s’est re-excusé.

Il a quand même un problème le Benjamin, à la même période il avait dit « y a un abruti par jour qui dit qu’il veut être maire de Paris » 

Et parfois ça a même été plus loin, exemple concernant à l’époque le possible candidat Pierre-Yves Bournazel il avait déclaré « Bournazel je le tiens par les couilles »  

Mais qu’est-ce que cette phrase veut dire exactement ?

Petit retour en arrière avec la rédaction de France Inter 

France Inter flash spécial, Benjamin Griveaux semble nerveux en ce moment, le candidat à l’investiture LREM aurait déclaré en parlant de Pierre-Yves Bournazel 

« Je le tiens par les couilles » 

Mais cette phrase, au-delà de la vulgarité, que nous dit-elle de Benjamin Griveaux ?

Explication avec un spécialiste de l’appareillage génital masculin 

« Tenir quelqu’un par les couilles, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’est pas une formule amicale, je vous rappelle que par couilles on entend testicules et qui dit testicules dit douleur si la prise est trop forte ! 

Il est vrai qu’on peut très bien tenir un ami par les couilles à l’occasion d’une promenade ou encore pour aider quelqu’un à traverser la rue néanmoins il est préférable de tenir la main plutôt que les testicules ! 

En l’occurrence je ne pense pas que Benjamin Griveaux ai prononcé cette phrase de façon amicale ou pour faire traverser un aveugle, on peut donc en conclure que la référence à la « prises en mains testicules de Pierre-Yves Bournazel » est plus une menace qu’un geste de camaraderie ! 

Du coup il s’excuse à tout va Monsieur Griveaux, on dirait que l’élection approchant il veut arrondir les angles et polir son côté bien élevé. Il semble vouloir gommer son penchant à l’insulte facile limite syndrome Gilles de la Tourette.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.