Dans cette chronique, Daniel Morin déclare sa flame à Kendji Girac...

Ahhhhhhhh nom de dieu ce que c’est bon… Kendji Girac, si vous saviez comme je suis heureux de pouvoir enfin vous rencontrer ! Kendji je vous kiffe ! Pourquoi ? 

J’en sais même rien, à la vérité, je suis perdu quand je pense à vous ! 

Je crois que c’est ce qu’on appelle un coup de foudre Kendji ! On ne va pas se mentir, vous m’avez foudroyé ! 

Je me sens comme un petit paratonnerre émotionnel qui s’est pris dans la gueule un éclair d’émotion d’une ampleur tsunamique ! 

Et si la musique n’y est pas pour rien, elle n’y est pas pour beaucoup non plus ! 

Je vais même être très franc avec vous Kendji, en règle générale, la musique, ça m’emmerde ! La musique m’emmerde et la chanson ça me dégoûte ! L’espace musical de la variété francophone résonne à mes oreilles comme une gigantesque cacophonie qui, de façon lancinante, s’en prend à mes tympans jusqu’à les faire saigner… 

Certains de vos collègues arrivent même, par le biais de leurs performances "glotto-sonores" à faire bouger des parties de mon corps rarement sollicitées… 

Une fois, en écoutant Claudio Capéo, j’ai perdu une dent…  

Mais quand c’est vous Kendji, quand c’est vous c’est tellement différent ! 

Quand c’est vous Kendji, j’ai le cœur qui chavire, oui, qui chavire ! Je me sens comme un rafiot submergé par la houle des notes enivrantes qui sortent de votre guitare magique ! 

En plus je vous trouve beau Kendji, tellement beau, je vous trouve parfait ! 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés