Dans cette chronique, Daniel Morin déclare son amour à Edouard Baer...

Oh merde, merde, merde, merde… Édouard Baer ! Alléluia bordel, Alléluia ! 

Qu’il est bon en vérité de vous accueillir Édouard ! Vous m’avez ouvert les yeux Édouard. Avant vous j’étais aveugle, sourd et engourdi Édouard.

Dans vos élucubrations vous vous mettez à nu Édouard, vous êtes tel le têtard qui sort de la marre, vous êtes fragile, vulnérable et sincère à la fois. Vous incarnez si bien l’authenticité du batracien perdu que l’émotion me submerge, j’en ai eu les larmes aux yeux Édouard ! 

Quel génie quand, lors de votre conversation imaginaire avec votre compagne, vous lui dites en hurlant que vos propos ne sont pas méchants, que c’est juste le ton qui est désagréable, quelle leçon ! 

J’avoue m’en servir à présent quand je m’adresse à ma mère… : « mais bon anniversaire maman, bon anniversaire merde ! » 

Quand je m’adresse à ma fille… : « mais bravo quel beau dessin, il est génial ce bonhomme avec trois yeux, c’est formidable ce que tu fais. »

Quand je m’adresse à ma femme… : « Je ne t’aime pas mon amour, je t’adore, je te vénère… Ton ragoût est à tomber ».

Quand je m’adresse à ma gardienne… : « Merci pour le courrier, merci ! La façon dont vous mettez les enveloppes dans la boîte aux lettres, c’est créatif et militaire à la fois, c’est du génie ! » 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés