Inspiré par les pérégrinations de Sylvain Tesson, Daniel Morin a décidé de partir lui aussi en expédition sur les terres oubliées... de Radio France !

Tout comme vous Sylvain Tesson histoire de me reconstruire je me suis engagé sur les chemins oubliés de ma terre nourricière.

Je me suis engagé sur les chemins d’un pays qui a traversé le temps, les épreuves avec ses hauts, ses bas, ses soient disant progrès et ses cruels abandons.

Tout comme Sylvain Tesson qui a parcouru les chemins noirs de France, je me suis offert un pèlerinage sur les chemins noirs de Radio France !

J’ai commencé au sous-sol… 

Sous sol terre oubliée chemin noir par excellence où aujourd’hui comme il y a 50 ans de cela rien n’a changé.

Toujours ce bureau du sous-sol inauguré par 

De Gaulle le 14 décembre 1963 et transformé le 21 du même mois en bar clandestin…

Rien n’a changé.

En attendant son émission qui démarre à 20h 

Laure Adler tient toujours depuis décembre 1963 le bistro clandestin, une clope dans la main droite un verre de calva dans la gauche ! 

Je m’attarde quelques instants au zinc puis pris par les vapeurs normandes de l’alcool de pomme je m’endors la gueule sur le comptoir pour me réveiller 3 heures plus tard avec la marque Kronenbourg imprimée à l’envers sur la joue.

Je reprends mon pèlerinage sur les chemins noirs de Radio France : des sentiers que l’évolution de l’espèce radiophonique publique ne veut plus emprunter enfin c’est ce que je crois.

J’arrive par un escalier dérobé à un étage mystère, étage mystère où se trouvent des bureaux non  référencés où s’agitent d’anciens directeurs qui ne sont plus en poste depuis plus de 30 ans pour certains… plus en poste mais toujours payés.

Il y règne une ambiance folle, une ambiance années 70

Tout le monde écoute des titres français un peu hippie, on passe des cartouches dans les machines qui ne diffuse plus, les hommes fument dans les couloirs, ils ont les cheveux mi-longs des pantalons pate-def des sous-pulls acryliques et portent des chaussures à talonnettes.

Les filles ont toutes la coupe de cheveux de Sheila portent des mini jupes et sont payées 60% de moins que les mecs, pour celles qui sont payées.

Savent-ils seulement que leur musique n’est pas diffusée ? Que dehors il y a des adultes complètement cons qui roulent en trottinettes ? 

Non je ne le crois pas vu qu’ils vivent ici, dorment ici et font des enfants ici, enfants qui ne sortiront peut être jamais d’ici… Mon dieu qu’ils sont chanceux ! 

A les voir s’affairer dans la joie et l’insouciance je suis pris d’une soudaine bouffée de joie, une joie intense qui m’épuise alors je m’endors en écoutant « Valley of Sadness » l’album des Aphrodite child sorti en 1969.

Après avoir quitté les fantômes de Radio France je m’aventure sur les rives d’un royaume dont j’ai beaucoup entendu parler dont on dit que les habitants sont libres dans leurs têtes, je visite France Culture…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.