Depuis hier, on parle de Jean-Pierre Bacri en disant « on a perdu le bougon préféré des français », mais c’est faux, nous dit Daniel Morin, il n’était pas bougon mais méfiant, et ça n’a rien à voir. Daniel Morin lui rend hommage dans cette chronique.

Hier, 3ème lundi de l’année c’était le Blue Monday, le jour dit le plus déprimant de l’année… Et pour 2021 ça se pourrait bien que ce soit vrai ! 

L’année dernière on en a perdu des grands, on en a perdu des magiques, mais là, là...! Là ça commence un trop fort à mon goût ! 

On a perdu quelqu’un d’important hier. Je ne sais pas si c’était un homme avec grand « h » mais en tous cas c’était un être humain tout en majuscules ! 

Non Jean-Pierre Bacri, je ne veux pas vous faire chier, je veux saluer votre départ qui me rend très malheureux. Un petit hommage pour dire au revoir quoi.

Ah ben voilà, voilà ! Réaction typique ! On avait l’impression de vous emmerder rien qu’en vous disant bonjour ! Bref !

Depuis hier, on parle de vous en disant « oh on a perdu le bougon préféré des français », non mais pardon c’est faux, vous n’étiez pas bougon Jean-Pierre Bacri, vous étiez méfiant et ça n’a rien à voir. Et comment ne pas être méfiant vu le nombre de cons qui nous entourent, sans compter ceux qui nous guettent ! 

Alors bien sûr il y a plusieurs types de cons, le jeune con et le vieux con qui, au final, ne font qu’un, comme l’a chanté Brassens mieux que je ne le dis… 

Mais il y a surtout les gros cons, les cons méchants, les sales cons, tous les cons qui nous écrasent de leur suffisance et de leur mépris, ces cons multicartes et que vous saviez renifler comme personne en les engueulant comme ils le méritaient.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.