Ce matin, Daniel imagine un livre de la jungle, adapté au milieu politique français

Ahhh enfin un peu de douceur… enfin un peu de tendresse ! Quelle joie de vous avoir avec nous aujourd’hui Marlène Jobert ! 

Vous arrivez comme une sainte apparition, sourire lumineux regard tendre c’est un vrai bonheur. Et en plus vous venez nous voir pour un livre pour enfants, ça me met en joie. 

J’en peux plus des adultes, les adultes me cassent les pieds, ils m’ennuient.

Je m’en fous de leurs petits problèmes étriqués et égoïstes. Plus je fréquente les adultes plus j’ai envie de me rapprocher des enfants, des enfants et des chiens et de Tanguy Pastureau aussi ! 

Y a pas de calculs avec les gosses, les clébards et Tanguy, c’est franco.

Et puis en cas de problème tu peux tout résoudre avec un gâteau (sauf pour Tanguy qui n’aime que le Kouign-amann en bon Breton psychorigide qu’il est !

Tu as déjà résolu un problème avec un adulte en lui donnant un gâteau ? 

Non ! J’ai essayé ça ne marche pas ! La dernière fois c’était ma femme, Moumoune, ça l’agaçait que je couche avec la voisine du coup elle m’a fait une scène… Pour détendre la situation j’ai été à la cuisine et je lui au dit « Allez c’est fini on se calme ! C’est pour qui le Choco-BN ? C’est pour qui le gros gâteau  sa mémère hein ? » et bien croyez-le ou pas elle m’a giflé ! 

Et ben ça, ça Marlène ça n’arrive jamais avec un chien ou un gosse jamais ! 

Ni avec Tanguy si à coté de chez soi on a une boulangerie-pâtisserie Armoricaine ! 

Et pour les enfants vous faites beaucoup Marlène, c’est bien. Vos livres, c’est du bonheur Marlène.

Aujourd’hui vous venez nous voir pour « Le livre de la jungle »  quel chef d’œuvre ! 

Un chef d’œuvre déclinable pour un très grand nombre de situations ! Le génie de Rudyard Kipling associé à la douceur de votre voix j’en frémis encore ! 

Une histoire qui pourrait être très proche de nous, une histoire contemporaine d’un petit plein d’ambitions perdu dans une jungle pleine d’ennemis…

Tout était calme dans la jungle politique Française. Tout ronronnait… 

Jusqu’à ce jour où pour la première fois on entendit des pleurs nouveaux 

C’est notre projet 

c’est notre projet 

c’est nooootr Projetttttttttttt 

C’était un petit qui n’appartenait à aucune famille. Dans un premier temps recueillit par une meute de socialistes, il passe une enfance heureuse ! 

Mais plus le temps passait, plus le petit qu’on surnommât Emmanuel, sentait qu’il n’avait aucun avenir avec la meute socialiste.

Il poursuivit son chemin sous la protection de la panthère protectrice Brigitte.

Un soir que nos 2 amis se reposaient, Brigitte ne vit pas venir le danger descendant d’un arbre…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.