Oh ce que c’est bon nom de Dieu ! Oui c’est infiniment bon de recevoir un homme de la trempe de Philippe Besson.

Un homme de lettres, un érudit qui n’a pas peur de se livrer, de se mettre à nu en fouillant pour nous et avec nous le grenier des amours passées ! 

Quand je pense aux miennes, à mes amours passées, j’ai la larme à l’œil.

J’ai toujours une larme quand j’y pense, une larme de nostalgie quand je pense à certaines, une larme de soulagement quand je pense à d’autres, une larme de dégoût quand je pense à la majorité ! 

Mes amours commencèrent très tôt dès la maternelle, le long chemin de harcèlement qui jalonne ma vie trouvât ses marques…

Sophie une petite souillon âgée de 5 ans avait jeté son dévolu sur moi.

Faut dire qu’à l’époque j’étais irrésistible, j’avais 4 ans et 3 mois mais j’en paraissais facilement 4 ans et 10.

J’étais dans ma phase « romantique énigmatique ».

A la récréation j’arpentais la cour le regard perdu tout en fumant des clopes ! 

Sophie me plaisait c’est sûr, du haut de ses 5 ans elle avait ce magnétisme irrésistible qui mettait au défi aussi bien ma sensibilité que ma virilité d’homme de 4 ans et 3 mois.

Finalement il ne se passât rien entre Sophie et moi, je n’étais pas prêt pour une relation avec une femme plus âgée.

Plus tard mon parcours fut plus mouvementé.

Il faut dire que plus j’avançais en âge, plus mon sex-appeal devenait insupportable.

Insupportable pour moi, obligé de m’arrêter devant chaque miroir pour me féliciter d’être moi…

Insupportable pour les autres qui chaque fois qu’ils me croisaient souffraient de ne pouvoir en toute liberté m’étreindre et partager dans mes bras un moment de pure sexualité bestiale et divine à la fois ! 

Mon corps était une promesse de volupté, mon torse aux contours mythologiques donnait le frisson. Le galbe de mes cuisses laissait deviner la perspective d’un marathon sensuel des plus éreintants. Quant à ma démarche saccadée par un fouetté de bassin arrogant mais maîtrisé elle annonçait avec certitude une qualité de saillie digne des plus grands haras ! 

J’avais 9 ans ! 

9 ans et toute la fougue d’une jeunesse qui alliée à une générosité sans borne donnât du bonheur et du plaisir à des milliers d’individus humains et parfois non ! 

Mais là où j’ai atteint mon pic de séduction et de fracas érotique c’était l’année de mes 21 ans…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.