La pièce "Tu te souviendras" de moi de François Archambaut nous fait réfléchir sur la mémoire, un bien précieux qu'il faut entretenir. Pour Daniel Morin, c'est un trauma...

Achevez-moi tout de suite, marchez-moi sur la gueule… Vas-y Albert piétine-moi insulte-moi en Croate… Patrick, Fanny, sincèrement vous avez eu bien du courage…

Quelle platitude, quelle analyse tiédasse et frelatée je sens couler de mes oreilles incrédules des larmes de dégoût dont vous êtes le sourcier Mr Gui… Oui vous réussissez à me faire pleurer des oreilles, espèce de sagouin hiéroglyphe. On se croirait dans une conférence de presse de votre ami Didier Deschamps, avec un tout petit peu moins de fautes de Français, il faut bien le reconnaître…

Alors oui Mr Gui, c’est vrai les vacances vous ont réussi… Vous êtes bronzé comme un migrant oublié sur une plage de Lampeduza, ok. Vous êtes doux comme l’intérieur soyeux d’un coquillage mort, ok.

En revanche vous êtes con comme de la Biaphine sur une piqûre de moustique. Et puis entre nous la mémoire est un instrument dont vous ne vous servez que rarement, pour ne pas dire jamais. On va faire un test : citez-moi ne serait-ce qu’un prénom, un seul prénom d’un des 12 stagiaires qui vous servent d’esclaves à France Inter. Allez, j’écoute !

« Faire travailler sa mémoire », non mais comme dirait une collègue, « vous êtes sérieux ? ». La mémoire est un handicap, voire un trauma. En disant ça je pense à toutes celles et ceux que j’ai aimé de façon oscène, purulente et passionnée et à qui je souhaite d’avoir tout oublié… 

Et personnellement si vous saviez ô combien j’aimerais être amnésique pour ne plus me souvenir que j’ai le malheur de travailler à vos côtés… 

En cette première semaine de la cinquième saison, j’ai la douloureuse impression que c’est reparti, une fois encore, vous avez dit n’importe quoi… 

Toute la chronique de Daniel Morin est à réécouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.